Finale Ligue AF – La belle histoire Raphaelloise

Finale Ligue AF – La belle histoire Raphaelloise

11 mai 2016 0 Par Xavier Rolland

St Raphaël a réussi l’exploit de battre Cannes, le petit club Varois qui ne visait que le maintien a su éléver son niveau tout au long des play-offs pour battre l’ogre Cannois et remporter le premier titre de Champion de France de son histoire.

Dans une salle quasi pleine à Coubertin (Paris), le début de match est assez équilibré. Sans doute un peu prises par l’enjeu, les Raphaelloises commettent beaucoup de fautes mais leur présence au contre permet à St-Raphaël de ne pas voir Cannes prendre le large. L’écart ne dépasse pas deux ou trois points pour les deux équipes. Dans le money time, Gomeiro et Vindevoghel sauve chacune une balle de set et Abrhamova, la meilleure contreuse du championnat permet grâce à un block de gagner le set. La deuxième manche débute bien pour les partenaires d’Irène Gomeiro qui mènent rapidement au score (8-3) puis 17-12 mais Cannes revient à une longueur grâce à Bursac, Lazic et Sanchez Perez (21-20) puis sauve deux balles de set mais la troisième est la bonne pour St Raphaël.

L’entame de la  troisième manche est équilibrée et une fois de plus, aucune équipe ne prend plus de deux ou trois points d’avance. A l’issue du second temps mort technique, l’écart est toujours aussi serré, Laetitia Camera permet à son équipe de recoller à 16-16 puis de reprendre l’avantage mais ce n’est que par Nancy Carillo que Cannes creuse un écart définitif et recolle à deux manches à une. Dans le quatrième acte, Cannes prend rapidement l’avantage au score (4-1) mais Saint-Raphaël recolle deux fois (4-4 puis 11-11) et reprend l’avantage suite une bonne série au service de Michaela Abrhamova (17-12). Le Racing remonte grâce aux services de Nancy Carillo et Rachel Sanchez Perez puis reprend la tête (23-19) pour ne plus la lâcher. Les joueuses de Yan Fang arrachent le tie-break.

Le début du tie break est tendu et chaque équipe commet des fautes. C’est St Raphaël qui, par sa capitaine Irène Gomeiro, fait grimper jusqu’à cinq longueurs petit à petit l’écart que Michaela Abrhamova parvient à maintenir. Malgré les efforts de Sara Hutinski et Nancy Carillo, St Raphaël conclut la partie sur sa première balle de match grâce à la force de l’équipe, le block, et prive Cannes d’un vingtième titre consécutif. Pour Cannes, la saison est comme l’admet son entraîneur ratée. Pour St-Raphaël, l’histoire est belle. Alors que sportivement l’équipe ne devait pas participer au championnat, sur tapis vert celle ci s’est vue repêchée. Les protégées Cesare Bregoli visaient alors le maintien. Celui-ci acquit dès la mi-saison, les Varoises se sont mises à croire à jouer les play-offs. En play-offs les partenaires de Lisbeth Vindebvoghel ont joué libérées et ont su éliminer tour à tour les équipes classée deuxième, troisième puis l’ogre cannois pour décrocher presque logiquement le titre de champion de France.