dimanche 7 juillet 2019

PUBLICITÉ

EBW 2019 – 4e échec européen d’affilé pour les Bleues

Basket - France féminine - Valériane Ayayi

Lors de la finale de l’EuroBasket Women 2019 à Belgrade ce dimanche 7 juillet, l’équipe de France féminine de basket est passée totalement à coté de sa finale, laissant l’Espagne conserver son titre de Champion d’Europe.

Comme lors de la demi-finale contre la Grande-Bretagne, l’équipe de France démarre mal son premier quart temps et laisse les Espagnoles prendre le large, même si une timide réaction se fait sentir après le premier temps-mort posé par Valérie Garnier. Trop fébriles en défense, les Bleues encaissent 32 points (32-21).

Les Françaises réagissent et débutent le 2e quart temps par un 8-2 mais très vite, elles retombent dans leurs travers, perdent trop de ballons et laissent trop d’espaces à leurs adversaires qui creusent à nouveau l’écart pour rallier les vestiaires avec 14 points d’avance (50-36).

La France sans solution

Les Bleues se rebellent en début de 3e quart temps et reviennent à -8 (52-44). Mais la joie est de courte durée car progressivement, la défense se délite encore, et les Françaises vont compter 18 points de retard à 3 minutes de la fin du quart temps (67-49). En mode accordéon, les Bleues ont l’occasion de revenir à -10 juste avant la fin de période mais Olivia Epoupa manque son panier en pénétration et Silvia Dominguez remet l’Espagne à +14 au buzzer (70-56).

Le 4e quart temps ne déroge pas au 3 premiers, si les Bleues essaient de se révolter, elles manquent trop de paniers pour inquiéter la défense espagnole qui maintient la distance pour s’offrir son 2e titre de Champion d’Europe d’affilé. Et son 3e face à la France après 2013 et 2017 (82-59).

Rebondir et vite

Si les Espagnoles étaient injouables il y a deux ans, cette année, ce sont les Bleues qui sont passées à côté de leur finale. Leurs adversaires ont su exploiter leurs moindres failles. C’est un 4e échec en finale européenne d’affilé. Il va falloir se poser les bonnes questions sur ces échecs successifs car si arriver en finale à chaque fois est un gage de régularité, ne jamais arriver à en gagner une est aussi un constat d’échec.

Les prochaines échéances sont les tournois de qualification olympique où il faudra rebondir dans les têtes et sur le terrain pour aller décrocher son billet pour Tokyo 2020. Mais avec un moyenne d’âge de 24 ans, la France a encore son avenir devant elle.

Comments are closed.