dimanche 9 décembre 2018

PUBLICITÉ

EHF Euro 2018 – Les Bleues freinées par Filippa Idehn

En faisant la course derrière toute la partie, la France peut être heureuse d’avoir décroché un match nul longtemps inespéré face à la Suède. Les Bleues auraient même pu réaliser un hold-up si Filippa Idehn (photo) n’avait pas été aussi forte dans le but suédois.

Les Françaises débutent avec le même 7 que contre le Danemark. Et comme contre les Danoises, ce sont les adversaires des Bleues qui donnent le coup d’envoi et scorent sur la première action. Le début de match de la France est brouillon, surtout en attaque. Siraba Dembélé, entrée en 2e pivot et pourtant seule, n’est pas servie. Les tirs sont imprécis et ne trouvent pas le cadre, alors que les Suédoises, elles, prennent en défaut Amandine Leynaud. Allison Pineau aussi a du mal à entrer dans son match avec un penalty manqué face à sa coéquipière brestoise Filippa Idehn (0-3, 5e). Il faut attendre un but à la 6e minute de Laura Flippes pour que la France ouvre enfin compteur. (1-3).

Dos au mur après sa défaite face au Monténégro, la Suède entre bien mieux dans le match et donne le ton. A la limite du refus de jeu, il faut un tir à la hanche pour débloquer une situation compromise. Défensivement, les Bleues commencent enfin à serrer les rangs face aux mouvements des nordiques mais elles n’arrivent pas à les rendre inefficaces, elles gagnent juste du temps avant que les Suédoises trouvent leur pivot. L’entrée d’Orlane Kanor comme « clutch player » est une réussite. La jeune messine marque sur ses 2 premiers tirs à très longue distance et permet à son équipe de revenir à -1 après 10 minutes de jeu (4-5). Malheureusement pour elle, l’équipe de France n’arrive pas à enchaîner et reprend un peu de retard. Au quart d’heure de jeu, il faut un penalty d’Alexandra Lacrabère pour que les Bleues restent au contact (5-7).

Des Bleues sans solution

Les Françaises manquent clairement de mobilité en attaque face à des Suédoises qui défendent très haut. Aucun intervalle ni espace n’est trouvé par les Françaises qui butent constamment sur un mur jaune. Olivier Krumbholz est obligé de prendre un temps mort pour remettre ses filles dans le match : « Vous êtes en train de les entamer physiquement. » Toujours positif, le coach des Bleues ne semble pas voir le même match que nous, car on ne voit pas les jaunes baisser de rythme, même si Grâce Zaadi y a va à son tour de son but de loin pour ramener une nouvelle fois les Bleues à -1 (6-7). Après une passe décisive et un nouveau but, la Messine remet les Bleues sur le bon chemin. Amandine Leynaud sort un arrêt décisif et c’est Pauline Coatanea qui remet enfin la France et la Suède à égalité (9-9, 23e). C’est encore elle qui égalise à nouveau 1 minute plus tard (10-10). La gauchère est rapide en contre attaque et c’est une arme qu’Olivier Krulbholz avait demandé d’utiliser durant son temps mort.

En infériorité numérique après l’exclusion temporaire de Béatrice Edwige, la France a dû mal à travailler pour Kalidiatou Niakaté et; malheureusement, reste donc derrière à la mi-temps (11-14).

Encore un trou d’air

Les deux équipes mettent du rythme en début de seconde période et ce qui oblige la Suède à poser un temps mort rapidement (15-17, 39e). Les Nordiques tentent de jouer sans gardienne et de prendre plus de risques en attaque. La bilan est mitigé après quelques minutes mais les Bleues, elles, butent encore sur Idehn qui les connait bien puisqu’elle évolue dans le championnat français. Les cadres des Bleues que devraient être Alexandra Lacrabère et Allison Pineau ne montrent pas vraiment la voie dans cette partie. Les deux équipes restent stériles durant plus de 10 min (16-18). Une malheureuse habitude désormais pour les Bleues.

Laura Glauser et Filipa Idehn brillent dans chaque cage. Si les Suédoises tente de varier leurs tirs, les Bleues plongent systématiquement dans le piège de la gardienne suédoise qui les emmène sur son côté gauche et sort tous les ballons qui s’y présentent. Olivier Krumbholz pose un nouveau temps mort dès que la Suède trouve enfin une solution (16-19, 50e). Jamina Roberts prend 2 minutes après une grosse faute sur Grâce Zaadi et après 11 min sans marquer, c’est au tour de la France de scorer grâce au penalty d’Alex Lacrabère. Profiter de la supériorité numérique est alors primordial à l’entame des 10 dernières minutes. C’est dans un premier temps ce que font les Bleues en revenant à une longueur (18-19), malheureusement, une défense trop dure d’Orlane Kanor lui fait prendre une 2e exclusion temporaire qui complique la tâche des Tricolores.

Si proches du hold-up

A une de moins, Alex Lacrabère prend enfin ses responsabilités et va trouver les filets en forçant le passage (19-19). Après un nouveau penalty encaissé, les Bleues vont offrir à leur public un final en apnée. Orlana Kanor y va elle aussi en mode missile par deux fois (20-20, puis 21-21). A la 58e minute, les Bleues peuvent même mener grâce à une perte de balle suédoise. Le temps passe, une minute au chrono… Proche du refus de jeu, Orlane Kanor est envoyée au tir une nouvelle fois mais la jeune française manque le cadre. A 20 secondes de la fin, les Suédoises doivent aller chercher la victoire et jouent une nouvelle fois à 7 sur le terrain. Roberts tire hors cadre elle aussi et après à une remontée de balle rapide, Siraba Dembélé se présente face à Fillipa Idehn puis manque la balle de la victoire alors que les Bleus n’ont jamais mené dans cette rencontre.

Avec un match nul (21-21) décroché difficilement, l’Equipe de France ne compromet pas ses chances de qualification mais n’élimine pas définitivement les Suédoises. Il faudra battre la Serbie mercredi pour aller en demi-finale à Paris vendredi. La chance pour les Bleues, c’est que la Serbie affronte la Russie ce soir, puis le Monténégro ce lundi et n’aura qu’un seul jour de repos pour préparer son match face à la France.

Photo fournie par Philippe Padioleau.

Comments are closed.