jeudi 26 mai 2016

PUBLICITÉ

Ligue des Champions – Lyon triple la mise

Au bout du suspense et lors de la séance de tir au but, Lyon a décroché la 3e Ligue des Champions de son histoire en s’imposant face à Wolfsbourg.

Lyon trop rapide pour les Louves

Ce sont les louves qui mettent la pression d’entrée en obtenant un corner dès la première minute. Coup de pied de coin qui se termine par une frappe de Lena Gosseling dans le petit filet extérieur. Pas de round d’observation car les Fenottes répondent immédiatement par Eugénie Le Sommer qui déborde côté gauche et adresse un centre-tir dangereux à ras de terre bien capté par Almuth Schult (2e). Derrière c’est Isabel Kershowski qui adresse un centre-tir dangereux en hauteur qui passe près du poteau de Sarah Bouhaddi (4e). Aucun temps mort, les deux équipes se donnent coup pour coup et c’est encore Le Sommer qui manque sa reprise (7e). Après une belle séquence, Nilla Fischer est obligée de faucher Ada Hergerberg (10e) et à 25 mètres, Louisa Necib, dont les rumeurs de fin de carrière après les JO enflent, manque sa frappe qui passe très largement au dessus du but allemand.

L’OL continue de maintenir la pression et sur une percée à droite, Ada Hergerberg pousse la balle au fond des filets après un magnifique travail de Pauline Bremer sur le côté. Lyon mène alors 1-0 avant même le premier quart d’heure de jeu (12e). Les allemandes n’arrivent pas a ressortir les ballons proprement, elles trouvent toujours Camille Abily ou Saki Kumagai sur leur route. Tant et si bien qu’elles passent les minutes suivantes quasiment intégralement dans leur moitié de terrain. Amandine Henry ouvre « à la Pirlo » depuis le milieu et après un un-deux éclair en déviation entre Le Sommer et Hergerberg, la bretonne trouve Schult sur sa route pour empêcher le 2-0 (26e).

Les Louves relèvent progressivement la tête et s’approchent un peu plus du but lyonnais. Les joueuses de Gérard Prêcheur sont même sous pression quelques minutes mais leurs adversaires n’arrivent pas à conclure cette bonne période malgré 3 corners consécutifs. Les lyonnaises passent alors par le côté gauche mais plusieurs fois, Amel Majri va s’esseuler dans le coin pour faire face à deux allemandes et perd fatalement la balle à chaque fois. A la pause, et tout en maîtrise relative, l’Olympique Lyonnais revient aux vestiaires avec son but d’avance.

L’OL tout en gestion, jusqu’à la boulette

Dès l’entame de la seconde période, Le Sommer est à nouveau arrêtée par Fischer après une nouvelle incursion dans la surface allemande (46e). Ensuite, c’est Wendie Renard qui voit sa frappe stoppée par Almuth Schult (48e). L’OL ne relâche pas la pression en ce début de deuxième mi-temps. Wolfsburg est alors partagé : soit il faut sortir plus haut et tenter de revenir au score, soit il faut limiter les risques de s’exposer à un 2e but.

Du coup, ce sont les lyonnaises qui conservent la maîtrise. Sans être non plus tonitruantes, elles gèrent leur match. Camille Abily s’autorise une frappe de loin (60e) mais celle-ci passe loin du cadre de la gardienne allemande. L’autre bretonne de l’OL tente ensuite un retourné acrobatique sur un ballon qui traîne après un corner mais sans danger lui aussi (62e). Pour son dernier match avec l’OL, Louisa Necib plutôt discrète depuis le début de la rencontre tente la frappe de très très loin, 45 mètres environ. Le ballon, flottant, surprend tout le monde et passe au ras de la lucarne gauche du but allemand (65e). Juninhesque. Derrière, après un nouveau travail côté droit de Bremer, c’est Abily qui, seule sur la passe en retrait, manque le second but après une frappe trop molle pour inquiéter la gardienne de Wolfsburg.

Les Lyonnaises sont alors plus proches du deuxième but que de l’égalisation allemande. Et on ne les tient plus. Necib tente à nouveau une frappe de loin qui passe proche du cadre (67e). Et si les allemandes mettent enfin un peu le pied sur le ballon, le collectif lyonnais reste bien en place, incontournable. Au fur et à mesure, les Louves reprennent du poil de la bête et ne sont pas loin d’égaliser après une frappe d’Elise Bussaglia, ex-joueuse du collectif rhodanien (80e). L’entrée de Lotta Schelin se solde rapidement par plus de mobilité devant et la suédoise, qui dispute elle aussi son dernier match avec l’OL, obtient un corner qui ne donne rien (82e). Les espaces se font de plus en plus grands et on passe pas loin de la frayeur après un centre fort d’Alexandra Popp qui ne trouve personne dans les 6 mètres français (86e). La même Alexandra Popp concrétise ensuite la bonne période de son équipe. Sur un débordement à gauche et un centre tendu en l’air, l’allemande égalise de la tête en devançant Bouhaddi, auteur d’une sortie plus qu’hasardeuse (88e). Dans les minutes qui suivent, ce sont les allemandes qui conservent le ballon et pressent mais sans succès.

On repart à zéro

Les espaces sont de plus en grand en prolongation et Schelin fait parler sa vitesse en contre-attaque mais sa frappe n’inquiète pas Schult (93e). Le ballon voyage d’un camp à l’autre et on sent que ça peut basculer à tout moment. Anna Blässe trouve elle aussi Sarah Bouhaddi (100ème) avant qu’Elodie Thomis, entrée peu avant la fin du temps réglementaire, ne déborde et obtienne un corner. Corner qui voit Lotta Schelin manquer sa déviation après une tête de Camille Abily (102e). La tension monte en même temps que la fatigue. Sur une ouverture de Kumagai, Majri tente un contrôle de la poitrine mal maîtrisé par manque de lucidité alors qu’une tête vers le but s’imposait (105e). Le duo scandinave Schelin-Hegerberg continue de pousser mais Fischer, la capitaine suédoise des allemandes est encore là pour intervenir malgré ses crampes (107e). Necib, encore une fois de loin, manque le cadre sur une nouvelle frappe (111e). Lyon semble plus présent devant le but mais n’arrive toujours pas à conclure. Tout comme Alexandra Popp qui manque elle aussi un dernier face à face avec la gardienne lyonnaise (118e) avant que l’arbitre n’envoie tout le monde à la loterie.

Bouhaddi, fautive, puis héroïne

Débute alors la séance de tirs aux but. Les deux buteuses de la rencontre commencent avec le premier tir pour Wolfsburg. Alexandra Popp ouvre la marque alors qu’Ada Hergerberg butte sur Almuth Shult. L’OL va donc devoir cravacher. Et après une série de penaltys tous mieux frappés les uns que les autres, c’est Nilla Fischer, la capitaine pleine de crampes des Louves qui se présente comme quatrième tireuse. Sa frappe manquée trouve les gants de Sarah Bouhaddi qui repousse. Derrière, le sang froid affiché par la jeune Griedge M’Bock permet aux Fenottes de recoller au score (3-3). Dernière joueuse à s’élancer pour les allemandes : Elise Bussaglia. La française à l’occasion de redonner l’avantage à son équipe et surtout de mettre à nouveau la pression sur ses anciennes partenaires. Mais sa frappe est elle aussi repoussée par la gardienne lyonnaise qui sort le grand jeu au meilleur moment après sa boulette de la 88e minute. Le dernier tir est pour la japonaise Saki Kumagai. Elle prend parfaitement à contre-pied la gardienne allemande qui ne bouge pas et tombe à la renverse en voyant le ballon finir au fond des filets, laissant la victoire aux joueuses du Président Jean-Michel Aulas.

Poster un commentaire