mercredi 29 avril 2015

PUBLICITÉ

Un 13ème titre pour Bourges

Une finale historique entre Bourges, qui entrerait dans l’histoire avec un 13e titre, et Villeneuve d’Ascq, qui n’a jamais gagné la compétition et rêve d’un doublé après sa victoire en Eurocoupe.
Comme on pouvait s’y attendre après les 2 précédents affrontements, les joueuses des 2 équipes sont tendues en ce début de match. À tel point qu’il faut attendre 3 minutes 30 de jeu pour que Géraldine Robert mette les 3 premiers points pour Villeneuve d’Ascq. Les organismes commencent â être fatigués, les duels sont encore une fois très… rugueux et les esprits s’échauffent vite. Beaucoup de fautes sifflées, de discussions et de contestations auprès des arbitres des 2 côtés. Pas facile de garder la tête froide avec un tel enjeu. Le 1er quart se termine sur le score de 13-13.

Le 2eme quart se joue dans la parfaite continuité du 1er. Aucune des 2 équipes ne se détache, le jeu manque de fluidité et on sent la frustration s’accumuler des deux côtés. Les duels sont parfois même à la limite du « règlementaire » et certaines vont très probablement se réveiller avec quelques bleus le lendemain… C’est chaud sur le parquet ! À 2 minutes 30 de la fin du Q2, le score est de 25-23. Mais ces joueuses là ont l’expérience des grands rendez-vous et ce sont les Berruyères qui, les premières, parviennent à ré-insuffler de la vitesse et de la fluidité à leur jeu. Et ça paie : un 3 points de Jo Leedham (7 points, 10 rebonds), toujours très en forme après sa très belle prestation au match retour, des interceptions et un nouveau panier d’Endy Miyem permettent à Bourges de prendre de l’avance. Mais Megan Mahoney obtient un « and 1 » en toute fin de quart temps et réduit la marque : 32-25 à la pause. Les débuts auront été compliqués mais ça y est, le match est lancé !

Au retour des vestiaires, Villeneuve a un peu de mal à se remettre dedans : les filles de Valérie Garnier commettent quelques maladresses mais sans réelles conséquences grâce à une défense solide. Après 4min de jeu, Villeneuve accuse un retard de 10 points. Céline Dumerc imprime un rythme de plus en plus soutenu et provoque, en plus, pas mal de fautes. Et comme lors du match précédent, ses coéquipières prennent les rebonds importants, à l’image de Romane Bernies, qui, seule au milieu de marrée rouge et blanche, parvient tout de même à arracher une balle. À +14, on commence à penser que les Berruyères prennent une bonne option sur la victoire. Mais côté ESBVA, on n’est pas du genre à se laisser impressionner. Les filles de Fred Dussart savent remonter au score, c’est même un de leurs points forts… Et c’est précisément ce qu’elles font dès la fin du Q3 : 44-38.

Le Q4 s’annonce disputé et il tient toutes ses promesses. Emmenée par une Ann Wauters impériale (17 points, 8 rebonds, 4 passes, 2 interceptions et une évaluation de 24), les Guerrières reviennent au point de donner quelques sueurs froides au Prado qui n’a pas du tout envie de revivre la défaite de l’année précédente. Heureusement pour les Tango, Endi Miyem (10 points, 2 rebonds, 1 contre) répond présente au meilleur moment en marquant, mais aussi en réalisant un énorme bloc à 7 secondes de la fin sur… Ann Wauters ! Un dernier shoot forcé de Virginie Brémont sur le buzzer met tout le monde en apné mais c’est malheureusement manqué pour les Nordistes. Le match s’achève sur un score serré, à l’image du combat qu’on mené toutes les joueuses : 51-49

Avec cette 13eme victoire, Bourges rejoint Clermont en 1ere place des clubs les plus titrés en LFB. Une très jolie façon pour de nombreuses Berruyères (Miyem, Bernies, Tolo,…), de quitter le club avec lequel elles ont connus tant de succès.

Basket_Bourges_finaleLFB2_avril2015

Les réactions d’après-match :
Valérie Garnier :
« On avait parlé de donner toute l’énergie qu’il nous restait, d’aller chercher cette victoire avec le cœur, d’essayer de contrôler les détails. À un moment, les défenses ont pris le pas sur les attaques par un physique émoussé des 2 côtés, c’est normal. Elles ont fait preuve de beaucoup de générosité, elles n’ont rien lâché à partir du moment où on a été devant.« 

Romane Bernies :
« Il y a énormément d’émotion. C’était un match vraiment très compliqué et le résultat est magique. On savait qu’à tout moment, on pouvait perdre ici. Le match n’était vraiment pas facile et on est allé le chercher jusqu’au bout des tripes et c’est ce qui rend la fête encore plus belle.« 

Poster un commentaire