lundi 21 octobre 2013

PUBLICITÉ

Top 10 WNBA : Ce qu’il faut retenir de la saison 2013

Logo WNBA 2013

Cet été, la campagne équipe de France nous a pris un temps fou et nous n’avons pu suivre la WNBA comme il se fallait. La grande ligue américaine a vu les Minnesota Lynx décrocher le titre mais la saison ne s’est pas limitée à cela. Pour ceux qui n’ont pas eu le temps de tout voir, voici notre Top 10 des choses à retenir de la saison WNBA 2013.

WNBA_top10_season2013_V2

Par Marion Darnet, Julia Majorel, Hervé Djia et Syra Sylla
Image : Anaïs Andreosso, Photos : WNBA.com

1. Le sacre des Minnesota Lynx, double championnes WNBA

2ème titre WNBA en 3 ans pour le Minnesota Lynx ! Et comme en 2011, c’est sur un sweep que Maya Moore, Seimone Augustus and co se sont débarrassées du Dream d’Atlanta. Doucement et sans faire de bruits, cette franchise est en train de construire une formidable dynastie débutée avec la draft de Moore en 2011, mais aussi l’arrivée de Cheryl Reeve en tant que head coach (2010). Depuis 2011, Minnesota est ainsi l’équipe qui a accumulé le plus grand nombre de victoires dans la ligue à la faveur d’un bilan de 80 victoires pour 22 défaites. Côté titre, ces filles ne sont pas loin du “strike” avec trois finales WNBA disputées lors des trois dernières saisons (pour deux remportées), plus trois titres de championnes de la conférence Ouest consécutifs, égalant ainsi les Houston Comets de la fin des années 90’ et les Los Angeles Sparks du début des années 2000. Une razzia. N’en jetez plus, le Lynx est au top !

2. Du nouveau sur le CV de Maya Moore

Il ne manquait plus grand-chose pour compléter le CV de Maya Moore. L’ancienne joueuse de UConn a déjà reçu toutes les distinctions possibles, que ce soit sur le continent américain ou à un niveau international. Cette saison, elle a ajouté le titre de MVP des finales à son palmarès lourdement fourni. En portant les Minnesota Lynx vers un second titre de championnes WNBA lors du Game 3, la jeune Moore a confirmé, pour ceux qui avaient encore un peu de mal à l’admettre, qu’elle était désormais l’une des références dans le basket féminin. Aussi jeune soit-elle, la joueuse de Minny a gagné en maturité et en expérience. A 24 ans seulement…

Maya Moore (Minnesota Lynx) : 18,5 pts, 6,2 rbds et 3 pds

3. Phoenix Mercury, autopsie d’un flop

Ce n’est un secret de polichinelle pour personne. Phoenix a boycotté sa saison 2012-2013 pour pouvoir récupérer le first pick de la draft, c’est à dire Brittney Griner. Griner, ce phénomène NCAA qui dunke depuis des années, tournait à 9 contre spar match en NCAA et qui a été annoncée comme future très grande en WNBA dès sa première saison… Quelques mois plus tard, Brittney tourne à 10,6 points et 6 rebonds par match et enchaîne surtout les blessures. Les résultats sont loin des attentes mais Phoenix arrive tout de même à se qualifier pour les playoffs. Les Mercury parviennent à sortir les Sparks de Candace Parker à la surprise générale, grâce à l’activité de l’inépuisable Diana Taurasi entre autres. Le tour suivant face aux Lynx est une autre histoire, un sweep et 8 points de moyenne pour Griner… Malgré un effectif de qualité, Phoenix a vécu une saison galère. D’ailleurs, Russell Pennell a décidé de lâcher l’équipe après cette défaite en finale de conférence…

Bilan de la saison : 19 victoires – 15 défaites

Griner-Diggins-DelleDonne4. Delle Donne, Griner, Diggins : The Three To See

Cette année la draft a été assez médiatisée et centrée sur trois prodiges NCAA : Brittney Griner, Elena Delle Donne et Skylar Diggins, soit les trois premiers choix de la draft (respectivement sélectionnées par Phœnix, Chicago et Tulsa). La qualité de leur parcours universitaire laissait entendre un futur en WNBA très prometteur. Elles étaient donc les 3 joueuses qu’il fallait suivre pendant la saison. Au final, dans cette saison 2013 on retiendra en bref :

- La brillante saison d’Elena Delle Donne (voir le point « Le génie Elena Delle Donne » plus bas) qui a emmené Chicago pour la première fois de son histoire en playoffs. Les Sky ont échoué en demie finale de la conférence Est face au Fever, tenante du titre en 2012.

- Le début de saison laborieux de Griner qui termine le championnat comme étant un élément essentiel de la rotation de Phoenix (même s’il on s’attendait à les voir en final). Sa saison s’est terminée en finale de la conférence Ouest face au Lynx.

- La rentrée dans la cour des grands moins remarquée de Skylar Diggins mais qui reste convenable pour une première année. On attendait d’elle plus de leadership. Si elle est restait plutôt discrète sur le terrain, en dehors Diggins a fait le buzz suite à son association avec Jay Z (son nouvel agent) et surtout Nike et Kobe Bryant (elle a été surnommée la Lady Mamba).

Elena Delle Donne (Chicago Sky) : 18,1 pts, 5,6 rbds et 1,8 pds
Brittney Griner (Phoenix Mercury) : 12,6 pts, 6,3 rbds et 3 ctres
Skylar Diggins (Tulsa Shock) : 8,5 pts, 1,9 rbds et 3,8 pds

5. Candace Parker MVP de la saison régulière

Le titre a encore échappé aux Sparks cette saison. L’équipe de Los Angeles a terminé 2ème de la conférence Ouest, derrière Phoenix. Cela n’aura pas empêché Candace Parker de dominer puisqu’elle a obtenu le titre de MVP. C’est la 5ème joueuse à avoir remporté cette distinction à deux reprises. Elle rejoint donc ce club très select composé de Lauren Jackson, Sheryl Swoopes, Lisa Leslie et Cynthia Cooper. À 27 points, Candace a compilé cette saison 18 points de moyenne, 9 rebonds et 4 passes décisivies par match et a donc devancé Maya Moore et Elena Delle Donne.
Candace Parker (Los Angeles Sparks) : 17,9 pts, 8,7 rbds et 3,8 pds

6. Tina Thompson et Katie Smith raccrochent

Cet été fut aussi marqué par les retraites de deux joueuses légendaires. Katie Smith aura connu 17 ans de carrière WNBA… Elle était donc là depuis la création de la ligue en 1997. 7 fois All-Star, 2 fois titrée avec le Shock de Detroit et plusieurs fois élue dans le meilleur 5 de la ligue. Bref, une grande dame. Tina Thompson a quant à elle pris sa retraite à 38 ans. Elle aura aussi connu la création de la ligue puisqu’elle en a été le tout 1er choix de draft de toute l’histoire. Excusez du peu. Elle a aussi connu 4 titres avec les Houston Comets, 9 apparitions All-star et en est toujours la plus grosse scoreuse (7488 points).

« La WNBA est le secret le mieux gardé du monde dans le sens où chaque saison que j’ai vécu fut incroyable et où le niveau de jeu n’a jamais été aussi haut. »

Et au delà de ça, elle fut aussi et surtout une grande compétitrice, une maman et une grande ambassadrice du basket féminin, toujours fidèle à son mythique rouge à lèvres. Ses coéquipières de Seattle lui ont d’ailleurs rendu hommage.

Ces deux grandes joueuses vont beaucoup manquer à la WNBA, sans parler du basket féminin globalement puisque l’on n’a pas mentionné tous leurs titres remportés avec les USA, des championnats du monde aux Jeux Olympiques…

7. Le 8ème All-Star Game de Diana Taurasi

Si la nouvelle génération se presse, quelques anciennes occupent toujours le devant de la scène et ne sont visiblement pas prêtes à passer le flambeau. C’est le cas de Diana Taurasi. Considérée encore aujourd’hui comme la meilleure joueuse au Monde, Dee a passé un nouveau cap, comme si c’était encore possible, cet été. L’ancienne pensionnaire de UConn a participé à son huitième All Star Game, égalant ainsi le record de la myhthique Lisa Leslie. LEGEND-ARY !

Elena-Delle-Donne8. Le génie Elena Delle Donne

Nous sommes le 15 Avril 2013, soir de draft. Toute l’assistance n’a d’yeux que pour l’athlétique et très médiatique Brittney Griner (1er choix). Derrière, en second choix, le Chicago Sky (qui ne le savait pas encore) faisait l’affaire de l’année en mettant le grappin sur une perle : Elena Delle Donne. 24 ans, longiligne (1m96), pouvant évoluer à l’arrière comme à l’aile, dotée d’un talent et d’une classe hors du commun, son premier match contre Phoenix aura posé les jalons d’une saison exceptionnelle 22 pts, 8 rbs, 4 cts ! S’affirmant alors comme une des principale force offensive de son équipe (15 pts par match), Elena mènera Chicago (qui n’était même pas en lpayoffs l’année dernière) à la 1ère place de la conférence Est. Sélectionnée pour le All-Star Game en arrivant en tête des votes des fans – performance inédite pour une rookie – elle ne prendra malheureusement pas part au match à cause d’une blessure. Cependant, elle s’est arrogée logiquement le titre le Rookie Of The Year et a terminé 3ème au vote pour la MVP de la saison. Au delà des chiffres et des récompenses, elle nous aura régalé ! Delle Donne est clairement LE phénomène de cette année 2013, Une valeur sûr pour les années à venir.

9. Les 51 pts de Riquna Williams

51, soit le nombre de points marqués par Riquna Williams lors du match opposant Tulsa à San Antonio (17/28 dont 8/14 à 3 pts et 9/9 aux LFs). Elle devient donc la joueuse ayant marqué le plus grand nombre de points en un match, battant le record jusqu’à maintenant détenu par Lauren Jackson et Diana Taurasi (47 points). Elle est à l’origine de 52% du score final de son équipe.

10. Love is in the air

Si la WNBA n’est pas la compétition la plus médiatisée dans la presse sportive généraliste, cette vidéo avait fait le buzz. Le 26 septembre dernier, alors que les Phoenix Mercury rencontraient le champion en titre Minnesota, les esprits se chauffent sur le terrain entre Diana Taurasi et Seimone Augustus. Une petite brouille qui se termine par… un bisou. Bisou qui coûtera une technique aux deux joueuses.

 

Cet article Top 10 WNBA : Ce qu’il faut retenir de la saison 2013 est apparu en premier sur LadyHoop.com.

Comments are closed.