dimanche 22 mai 2016

PUBLICITÉ

Brest, prêt pour la LFH et l’Europe, remporte la CDF

Déjà Champion de D2F en étant invaincu, le Brest Bretagne Handball s’est offert la Coupe de France et une place européenne après avoir dominé Toulon en finale ce samedi 21 mai.

« On a bricolé pour arriver jusque-là depuis des mois, ce soir ça n’a pas fonctionné. » Amer mais lucide après la rencontre au micro de beIN SPORTS, Thierry Vincent le coach de Toulon regrettait surtout que ses joueuses aient lâché la fin de la rencontre laissant Brest s’éloigner tranquillement pour corriger des varoises une fois de plus amoindries. « Nous n’avions qu’une seule shooteuse de loin et on a encore bricolé autour. C’était trop difficile face à Brest qui mérite amplement sa victoire ce soir, » avouait le coach varois.

En effet, dans cette finale de Coupe de France et devant les nombreux supporters bretons qui avaient fait le déplacement jusqu’à l’AccordHotels Arena de Bercy, le Brest Bretagne Handball a conclu de la meilleure des façons une saison très riche. Vainqueur de la Division 2 féminine en étant invaincu et en ayant concédé seulement deux matchs nuls, le club breton a remporté la Coupe de France 2015/2016 en s’imposant de 9 buts 25 à 16 face à une équipe de Ligue Féminine de Handball, championnat que les bretonnes joueront l’an prochain.

La Bretagne, c’est l’Espagne !

Grâce à une Daniela Perreira des grands soirs avec 50% d’arrêts (15/30) et un duo espagnol Nelly Carla Alberto-Marta Mangué qui a apporté toute son expérience, le BBH n’a jamais été pris en défaut dans cette rencontre, n’ayant été mené qu’une fois 6 buts à 5 à la 13e minute. « J’ai un groupe exceptionnel au niveau des qualité humaines, » expliquait Laurent Bezeau le coach breton après la rencontre au micro de beIN SPORTS. « On s’était lancé un défi en début de saison c’était de finir champion de D2 et invaincu, ça n’avait jamais été fait et on l’a fait. La Coupe de France, c’est Marta Mangué qui a poussé en nous répétant après chaque match qu’on pouvait la gagner. Elle avait raison. »

En effet, en contrôlant bien Sanne Van olphen, tout de même créditée de 6 buts, les brestoises se sont assurées le blocage de la principale arme offensive des varoises, trop diminuées pour les empêcher de remporter leur première Coupe de France. Un titre qui envoie également les bretonnes en Coupe d’Europe la saison prochaine. Et à la vue du recrutement annoncé (Allison Pineau et Cléopâtre Darleux notamment), ce ne sera pas vraiment du luxe pour apprendre en vue des objectifs nationaux et européens très ambitieux des dirigeants bretons. Et ce malgré la mesure de son coach : « L’an prochain l’alchimie prendra peut-être un peu de temps car beaucoup de nos joueuses reviendront des JO de Rio. » Mais si Brest joue comme ça la saison prochaine, voire mieux, il y aura les armes pour jouer le titre, sans aucun doute.

* Propos recueillis par Benjamin Charolais sur beIN SPORTS

Comments are closed.