vendredi 31 janvier 2014

PUBLICITÉ

Myriam Kloster : « Je suis fier d’être Ambassadrice des 24h du Sport Féminin »

Volleyeuse professionnelle, membre de l’Equipe de France et maman, Myriam Kloster a répondu oui lorsqu’on lui a demandé d’être une des ambassadrices des 24h du Sport Féminin. Elle explique pourquoi.

(Propos recueillis par l’Agence de représentation ICÔNE Communication / Espace ELITE)

Le rôle d’ambassadrice pour le projet «24h du sport féminin» :

Je suis bien évidemment très fière de pouvoir représenter mon sport, le volley-ball, dans cet événement des « 24h du Sport féminin ». Beaucoup d’athlètes connues et reconnues sont associées à cet événement, Être l’une des ambassadrices et participer activement à cette démarche est donc un honneur. Je suis pour la promotion du sport féminin !

Je trouve la démarche du ministère des Sports très intéressante et importante pour le sport féminin. Tout ce qui permet une meilleure médiatisation et une plus grande visibilité des sportives est le bienvenu !! D’ailleurs, l’exposition du sport féminin ne devrait pas se limiter à une action événementielle par an mais rentrer dans les moeurs au quotidien ! J’aimerai vraiment faire partie de cette nouvelle dynamique d’émancipation du sport féminin !!

Ton statut de sportive :

Clairement, je considère que la place de la femme dans le sport est trop peu valorisée. Notre statut d’athlète de haut niveau n’est pas assez reconnu alors que nous avons pourtant les mêmes contraintes que les athlètes masculins. Il faut oublier les stéréotypes. Pour ne parler que du volley-ball, je connais peu de personnes ayant poussé la porte d’un gymnase sans y revenir par la suite. Le volley-ball féminin est spectaculaire, esthétique et gagne à être mis en avant. Il est donc nécessaire de parler, faire parler de nos disciplines pour attirer le plus grand nombre.

On sait néanmoins que la médiatisation dépend des résultats et non seulement de la pratique … L’équation est connue de tout le monde : résultats = médiatisation = visibilité !! Plus notre sport sera visible, plus il attirera un public plus large, des partenaires… C’est aussi aux dirigeants et instances d’investir dans des actions de communication fortes.

La femme a une place importante et un rôle à jouer dans ce milieu selon moi, d’excellentes performances y sont réalisées et nos disciplines sont bien représentées ailleurs en Europe, je pense notamment aux pays de l’Est ou la Turquie où les salles de volley et handball sont pleines pour des matchs féminins.

Ton implication dans le sport féminin :

La mise en avant du sport féminin est une chose qui me tient à coeur. J’engage d’ailleurs des actions avec mon agence de représentation depuis plusieurs saisons pour pouvoir mettre en avant le Volley Ball féminin par des actions sur internet, sur les réseaux sociaux via ma page officielle, dans les médias… Nous avons l’ambition et la volonté avec la fédération et la Ligue Nationale de faire évoluer cela pour démocratiser et faire parler de notre sport. Les « 24h du sport féminin » permettent de mettre en lumière le sport féminin, et une manifestation forte comme celle ci, émanant du ministère, permet de crédibiliser un peu plus nos actions.

Pour finir sur une note plus légère, je voudrais rappeler une petite anecdote : dans l’histoire de notre sport, et puisqu’on le ramène toujours à une célèbre série, n’oublions pas que la star est Jeanne et non Serge… !

Comments are closed.