vendredi 6 septembre 2013

PUBLICITÉ

L’EDF Volley vise les quarts à l’Euro

Volley - Fabrice Vial

Les Championnats d’Europe de volley-ball féminin commencent aujourd’hui à Zurich en Suisse. Avant le match qui se jouera ce vendredi (France contre Belgique à 20h30), Fabrice Vial, coach de l’Equipe de France, livre ses impressions concernant son équipe et l’Euro 2013.

(Propos recueillis par la FFVB)

Comment se porte l’équipe de France féminine ?
Elle se porte très bien et manifeste une grande impatience de se jeter dans la compétition. Depuis notre qualification, acquise en barrage face à l’Ukraine, les filles ont consacré une partie du mois de juillet à un important travail physique. Elles ont été soumises à un régime intense de musculation, à raison d’une séance par jour. Puis la suite de la préparation a été plus orientée sur le jeu, avec un travail d’affinement des organisations offensives et défensives. L’équipe est maintenant prête pour la bataille.

Quels sont les enjeux de cet Euro pour l’équipe de France ?
Le premier enjeu consistait à être une nouvelle fois présent à la phase finale, comme nous l’avons été en 2007, 2009 et 2011. Mais, désormais, notre ambition ne se réduit plus à participer. Nous voulons aller chercher un résultat, c’est-à-dire atteindre les quarts de finale. Pour cela, nous allons devoir sortir de notre poule, puis rencontrer et dominer notre adversaire en play-off, une équipe qui pourrait être la Pologne, la Serbie, la Bulgarie ou la République Tchèque. Du très lourd, donc, mais aujourd’hui il est devenu normal d’avoir à battre une formation de ce niveau pour accéder aux quarts de finale d’un Euro.

L’Italie semblant hors de portée, la qualification passera par une victoire sur la Suisse et/ou la Belgique. Que pensez-vous de ces deux équipes ?
La Suisse semble être, sur le papier, l’équipe plus faible du groupe, voire du tournoi. Mais elle évoluera à domicile. Et nous devrons la rencontrer lors de notre troisième et dernier match de poule, dans une rencontre qui pourrait être décisive. Un contexte pas forcément facile à aborder. La Belgique s’appuie sur une très belle génération, un groupe qui a été 4ème au championnat d’Europe des moins de 18 ans en 2007 et arrive à maturité. Sa progression obéit à un plan de marche très organisé, avec en ligne de mire l’Euro 2015 organisé en Belgique. Elle ne manque pas d’ambition et s’avère compliquée à jouer. Mais nous pouvons la battre.

Comments are closed.