mercredi 11 septembre 2013

PUBLICITÉ

Euro Volley 2013 : les Bleues sorties avec les honneurs

L’aventure est terminée pour l’équipe de France féminine à l’Euro 2013. Mais elle a pris fin sur une note magnifique. Les Bleues se sont inclinées face à la Belgique, mercredi à Zurich, en quart-de finale du tournoi. Une défaite en 5 sets (22/25, 25/23, 21/25, 25/20, 15/9) et plus de deux heures de jeu. Un match plein, souvent très spectaculaire, malheureusement conclue par une cruelle défaite. « Notre meilleur du tournoi », a assuré Fabrice Vial, le sélectionneur. « Notre performance la plus aboutie, mais nous n’avons pas su gagner », a regretté la capitaine, Anna Rybaczewski.

(Info FFVB)

Moins tendues que lors des rencontres précédentes, les Françaises ont mordu dans la partie avec un immense appétit. Les Belges ont plié d’entrée, perdant le premier set. Dans le deuxième, les Bleues ont été tout près de réussir un break qui aurait sans doute « tuer » la rencontre. Elles ont mené 20/16. Mais la Belgique a su revenir dans le match, patiemment, pour s’octroyer la manche. Anna Rybaczewski l’admet : « Nous avions l’occasion de nous échapper pour de bon. Mais nous n’y sommes pas parvenues. »

La suite a souvent atteint des sommets. Formidable de combativité, héroïque en défense, où Déborah Ortschitt a encore une fois livré une performance d’un niveau saisissant, les Françaises n’ont jamais lâché l’affaire. Elles ont arraché le troisième set, mais abandonné le quatrième. Gert Vande Broek, le coach belge, l’avouera après la rencontre : « C’était un match de fou. En défense, les Françaises ont réussi des choses incroyables. Elles ont joué sans peur. Je ne m’attendais pas à un match facile, mais je ne pensais pas que nous aurions autant de mal à marquer des points. »

Le tie-break s’annonçait serré et tendu. Mais l’équipe belge a su s’en emparer dès le premier point, pour ne jamais laisser les Bleues prendre l’avantage. La France s’incline. Elle ne verra pas les demi-finales et le Final Four de l’Euro, organisé vendredi et samedi à Berlin.

Astrid Souply, meilleure marqueuse française avec 18 points, le reconnaît : « Nous sommes passées à côté de quelque chose de grand. Nous pouvions marquer l’histoire. Je ne sais pas trop ce qui nous a manqué. Peut-être seulement quelques ballons tombés du mauvais côté du filet. »

Fabrice Vial hésitait, à la fin de la rencontre, entre déception et fierté. « La déception de s’arrêter là, après une telle rencontre, mais la fierté d’avoir vu mes joueuses réaliser leur meilleur match du tournoi face à une équipe belge qui peut aller loin dans le tournoi, dit-il. Hier soir, nous rigolions après le « hold-up » réalisé face à la République Tchèque. Aujourd’hui, nous rions moins. Mais le sport est ainsi. C’est ce qui fait sa beauté. »

Anna Rybaczewski, héroïque capitaine, présente sur tous les ballons, disputait au Hallenstadion son dernier match avec l’équipe de France. Elle l’a terminé en pleurs. « Mes larmes sont celles des regrets, dit-elle. J’aurais tellement aimé finir sur une demi-finale. A la fin du match, je ne voulais pas retirer mon maillot de l’équipe de France. J’ai beaucoup apprécié cet Euro, avec un groupe où l’ambiance a été incroyable. Je m’en vais, mais les jeunes restent et elles peuvent aller loin. Je suivrai maintenant leurs matchs devant ma télévision. »

Une grande dame du volley-ball français a tiré sa révérence. Sur une défaite, malheureusement. Mais une défaite qui n’a rien d’un échec.

Comments are closed.