jeudi 27 février 2014

PUBLICITÉ

Video : Mauresmo se confie à CNN

L’ancienne numéro un mondiale Amélie Mauresmo a accordé une interview exceptionnelle à la chaîne CNN fin janvier. Désormais co-directrice de l’Open GDF Suez, l’ancienne joueuse se confie sur son nouveau rôle mais aussi sur les moments les plus marquants de sa carrière et sur son avenir. Une interview en anglais, mais dont vous trouverez la retranscription en dessous du player. 

La direction de l’Open GDF Suez 

On m’a offert le poste de directrice. J’ai pensé que c’était une étape qui allait de soi, même si je ne savais pas vraiment ce à quoi m’attendre, ce que je devrai faire, mais j’ai appris d’année en année. Cet endroit représente quelque chose de particulier pour moi. Quand vous entrez sur le terrain, vous avez réellement une atmosphère familiale. J’y ai vécu mes moments les plus intenses en émotion. Je suis porte-parole de ce tournoi, ça représente beaucoup de travail, il faut répondre aux questions de la TV, de la radio, de la presse, et promouvoir l’événement. Lorsque le tournoi débute, c’est la même chose, je dois m’assurer que tous les joueurs sont satisfaits et que tout se passe bien pour eux. Vous devez être une bonne manager car il y a une grosse équipe derrière l’organisation. Vous devez leur faire confiance et faire en sorte qu’ils se sentent à l’aise dans leur travail.

Le moment le plus marquant de sa carrière

Le moment le plus marquant de ma carrière a été celui où j’ai remporté Wimbledon en 2006. Ca a été un moment rempli d’émotions ur le court, au moment de la balle de match, l’euphorie, les frissons ainsi que l’énorme soulagement. C’est un sentiment que vous gardez pour vous-même. Vous n’y pensez pas chaque jour de votre vie mais c’est une chose qui fait partie de vous et que vous affectionnez.

La retraite 

Quand j’ai arrêté le tennis, cela m’a pris quelques mois pour me dire que j’arrêtais d’être joueuse professionnelle. Ensuite, quand j’ai définitivement pris ma décision, j’ai appris à revivre. Je relâchais l’énorme pression qui pesait sur mes épaules. Je pouvais enfin vivre une vie normale et réellement en profiter. Je pensais aussi que j’avais déjà accompli tout ce que je pouvais accomplir en tant que joueuse de tennis. Au départ, sincèrement, j’étais très effrayée. Je me demandais ce que j’allais faire, si ce que j’allais faire serait suffisamment épanouissant…. Vous vous dirigez vers l’inconnu. Mais maintenant, je suis heureuse et je ne regrette rien.

L’avenir hors des courts 

Je pourrais également me voir en dehors du monde du tennis. Je suis une amoureuse de vins. J’ai une grande cave à vins chez moi, et je suis passionnée de différentes régions et de différents pays. Avoir une autre passion et pouvoir la voir s’accomplir, apprendre beaucoup de choses, rencontrer de nouvelles personnes dans un tout nouvel univers : pourquoi pas ?

Retrouvez Open Court chaque mois sur CNN International : www.cnn.com/opencourt

Comments are closed.