vendredi 6 février 2015

PUBLICITÉ

Sport d’hiver : Résumé des épreuves de janvier

Janvier est un mois animé pour les biathlètes, fondeuses et sauteuses à ski. Résumé du tour de ski, des cinq épreuves de saut à ski et des trois grandes classiques de biathlon.

Ski de fond : Bjœrgen brille, Jacobsen de retour, premier top 10 en carrière pour Célia Aymonier.

En ski de fond, le fait marquant de ce mois de janvier était le tour de ski. Comme chaque année le tour de ski est une course à étape dans plusieurs villes d’Europe. Cette année la course s’est déroulée à Oberstdorf, Val Mustair, Cortina D’Ampezzo et la Val Di Fiemme avec la célèbre montée de l’Alpe Cermis, une piste de ski alpin. La Norvégienne Marit Bjœrgen a enfin décroché le Graal au sommet de l’Alpe Cermis. Elle a devancé ses dauphines habituelles et compatriotes Therese Johaug et Heidi Weng.

Le fait marquant est le retour au plus haut niveau d’Astrid Jacobsen. La Norvégienne a cours de forme a perdu la confiance de ses entraineurs et sa place dans le groupe A. La densité des fondeuses norvégiennes est tel que la moindre baisse de forme est payée cash. A Rybinsk, Jacobsen a profité des impasses du trio Weng, Johaug, Bjœrgen pour être sélectionnée pour le week-end russe. Elle a bonifié sa sélection coupe du monde avec une belle victoire sur le 10km libre et une neuvième place sur le skiathlon.

Du côté tricolore, la performance de ce mois de janvier est à mettre au crédit de Célia Aymonier. La fondeuse originaire des Fourgs a signé son premier top 10 coupe du monde grâce à une 8e place décroché lors du sprint de Rybinsk. Elle a également pris la 21e place du skiathlon de Rybinsk juste devant Anouk Faivre Picon. Elle s’est également classé trentième du tour de ski. Coraline Thomas Hugue a été la meilleure des Tricolores lors du tour de ski avec une dix-huitième place.

Saut à ski : Le règne de Takahashi contesté par Iraschko-Stolz et Vogt

Janvier a marqué une reprise de la saison coupe du monde après le concours inaugural de Lillehammer. Huit concours étaient prévus dont quatre au Japon à Sapporo et Zao qu’ensuite les dames avaient rendez vous à Oberstdorf en Allemagne puis à Hinzenbach en Autriche.

La Japonaise Sara Takanashi s’est imposée lors des deux concours de Sapporo mais sur les deux weekends suivants, la jeune japonaise n’a pas pu faire mieux d’un podium lors du premier concours d’Oberstdorf. C’est moins bien que la saison dernière où la Japonaise gagnait quasiment toutes les compétitions. A Hinzenbach la Japonaise n’a pris que la troisième et la huitième place des deux concours. Quatre concours consécutifs sans victoire, ce n’était plus arrivé depuis la saison 2011-2012. La Japonaise a dégringolé à la troisième place du classement.

Sa rivale autrichienne, Daniela Iraschko-Stolz deuxième des deux concours Sapporo a signé le doublé en Allemagne à Oberstdorf ainsi qu’un nouveau succès à Hinzenbach. Au classement général, l’Autrichienne a pris la tête de la coupe du monde avec cinquante quatre points d’avance sur l’Allemande Carina Vogt et 129 sur Takanshi.

Au fur et à mesure que la saison avance, la championne olympique de Sochi Carina Vogt s’affirme. L’Allemande a remporté l’unique concours disputé à Zao la faute à une météo capricieuse ainsi que le second concours d’Hinzenbach. Elle reste sur six podiums consécutifs. Elle a également pris la deuxième place des deux concours disputés à Oberstdorf. Elle est à 54 points de Daniela Iraschko-Stolz.

Du côté Tricolore, les sauteuses françaises semblent digérer moyennement le départ de Jacques Gaillard. Maintenant entraînées par Frédéric Zoz, aucune des trois n’a pu signer un top 10 au cours du mois de janvier. Coline Mattel est décevante. Celle qui a pris la troisième place de la coupe en 2013 n’est que vingtième au classement générale. La sauteuse des Contamines et médaillée de bronze n’a pas pu faire mieux qu’une treizième place à Oberstdorf elle s’est toujours classée dans le top 20 sauf à Hinzenbach où la Tricolore disqualifiée le samedi pour un problème de combinaison n’a pris que la 22e place le dimanche.

Julia Clair a elle pour meilleur résultat une treizième place à Oberstdorf mais sur le second concours. Elle a également à son actif une vingt et unième place prise à Zao. Elle reste sur trois top 20 d’affilé car à Hinzenbach, Julia s’est classé seizième et vingtième. Léa Lemare n’arrive elle toujours pas à monter le curseur. Elle rate toujours quelques manches finales mais elle a réussi à prendre une vingt-deuxième place à Oberstdorf et elle est repartie du Japon avec une vingt-sixième place à Sapporo et une vingt-septième place à Zao. Le week-end dernier en Autriche, Léa est rentré à deux reprises dans le top 20 avec une 17e et 19e place. Peut-être le déclic tant attendu pour la sauteuse de Courchevel.

Biathlon : Marie Dorin Habert de retour, Domracheva revient sur Mäkärainen au général.

En biathlon, janvier est le mois des classiques avec les étapes mythiques d’Oberhof et Ruhpolding en Allemagne et l’étape italienne d’Antholz Anterselva. La Biélorusse Darya Domracheva remonte sur Kaisa Mäkärainen au général. La nouvelle protégée d’Albert Eder a remporté le sprint et la poursuite d’Antholz ainsi que les mass start de Ruhpolding et d’Oberhof. Kaisa Mäkärainen s’est contentée pendant ce temps des places d’honneur. Elle fait deuxième du sprint d’Antholz et troisième lors de la poursuite. A Ruhpolding elle se classe septième du sprint et de la mass start. Elle a également pris la quatrième place de la mass start d’Oberhof.

Du côté des françaises, ce mois de janvier a marqué le retour aux affaires de Marie Dorin-Habert (photo). Celle qui a donné naissance à la petite Adèle est revenue dès Oberhof dans la Coupe du Monde. Elle marque son retour par trois top 15. Après une reprise timide à Oberhof, elle a pris la quinzième place du sprint de Ruhpolding et a obtenu le droit de participer à la mass start. Elle a échoué aux portes du top 10 avec la onzième place. C’est surtout à Antholz Anterselva que la jeune maman a brillé avec la cinquième place de la poursuite. Enora Latuillère a elle signé trois top 20 mais peine toujours dans l’exercice de la mass start. Elle a comme meilleur résultat une douzième place sur la poursuite d’Antholz. Marine Bolliet a fait deux top 20 sur les mass start de Ruhpolding et d’Oberhof. Anaïs Bescond a elle pris la cinquième place à Ruhpolding lors de la mass start.

Le mois de janvier a aussi été celui des relais. Dans cette discipline, la République tchèque a excellé avec deux victoires et une deuxième place sur les trois relais. A Oberhof et Ruhpolding, bien emmenée par le duo Vitkova/Soukalova, les tchèques ont donné une leçon de collectivité aux autres nations. A Antholz, dans des conditions ventées, c’est l’Allemagne qui est venue priver les Tchèques d’un triplé historique. Julien Robert recherche le meilleur quatuor pour composer le relais de l’équipe de France. Marie Dorin semble s’imposer comme un des piliers du relais tout comme Anaïs Bescond. Enora Latuillère de par sa saison semble elle aussi dans le coup pour une des quatre places de Kontiolahti. Le dernier billet se disputera entre Justine Braisaz, Anaïs Chevalier ou Marine Bolliet. C’est cette dernière qui a la faveur des pronostics. La France a pris la deuxième place du relais d’Oberhof avant de signer des performances plus modestes à Ruhpolding et Antholz avec respectivement une sixième et une cinquième place.

L’Ukraine, la nation championne olympique à Sotchi est en reconstruction avec la retraite d’Olena Pidhrushna et le forfait pour la saison sur blessure de Vita Semerenko. La Biélorussie semble enfin avoir un relais capable de jouer le podium. Le duo Domracheva/Skardino tire tout le groupe vers le haut. Pour preuve, La Biélorussie a pris la troisième place du relais d’Oberhof et la deuxième du relais de Ruhpolding. L’Allemagne est la dernière nation qui peut prétendre jouer la gagne avec une victoire à Antholz et une deuxième place à Ruhpolding.

Comments are closed.