jeudi 6 avril 2017

PUBLICITÉ

Accord salarial aux USA, grève en Irlande ?

Alors que la fin de la récré a sonné aux Etats-Unis où les joueuses ont enfin trouvé un accord avec leur fédération. Ce sont les footballeuses d’Irlande qui menacent désormais de faire grève.

Cela faisait des mois que les américaines menaçaient de grève la fédération américaine de soccer en réclamant l’égalité des droits. Au menu, revendications salariales et de traitement dans les conditions de vie, entraînements et de déplacements. Il semble que ce soit désormais réglé entre les joueuses et leur fédération dont l’issue au tribunal ne faisait plus de doute il y a encore quelques semaines après la plainte des joueuses accusant l’US Soccer d’enfreindre les lois sur l’égalité salariale homme/femme.

« Nous sommes heureux d’annoncer que la Fédération américaine et le syndicat des joueuses ont conclu un nouvel accord salarial collectif qui va permettre de continuer à développer le football féminin aux États-Unis, de faire grandir le sport au niveau mondial et d’améliorer les vies professionnelles des joueuses sur et en dehors du terrain. » Voilà pour le communiqué d’US Soccer. « Je suis incroyablement fière de cette équipe et de la détermination montrée pendant les négociations. » Et voilà pour la déclaration de la milieu de terrain et star de l’équipe Megan Rapinoe. L’accord porte sur les 5 prochaines années. Tout finit donc bien de l’autre côté de l’Atlantique.

En revanche, le feu a pris côté européen, en Irlande. Selon un article du Guardian, les joueuses menacent à leur tour de faire grève. Si elles ne peuvent comparer leur palmarès avec celui de leurs homologues masculins (vierge tous les deux) comme l’ont mis en avant les américaines, elles ont pointé de graves accusations dans le traitement que leur réserve leur fédé. Elles auraient été dans l’obligation de partager des équipements textiles avec les équipes de jeunes et se seraient changées dans des toilettes publiques avant une rencontre, faute de vestiaires.

12 joueuses se sont présentées en conférence de presse ce mardi (photo), non pas pour parler du match amical qui les attendaient face à la Slovaquie, mais pour montrer leur mécontentement et leur détermination. La Capitaine Emma Byrne, 37 ans 127 sélections et gardienne d’Arsenal, ayant même annoncé qu’elles ne voulaient plus traiter directement avec la Fédération Irlandaise. Ambiance.

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir actuellement. Nous nous battons pour le futur du football féminin mondial, a ajouté la Capitaine. Il ne s’agit pas seulement de nous. Je connais de nombreuses joueuses qui ont dû arrêter. Elles ont pris la décision de ne plus jamais jouer ! »

De son côté, la FAI, Fédération Irlandaise, a répliqué. Elle a tenté de mettre en avant le manque de fibre patriotique des irlandaises en annonçant son « désaccord avec les joueuses qui n’ont pas souhaité défendre les couleurs de leur pays. » Hyper classe.

La FAI explique avoir invité les joueuses à s’exprimer clairement et discuter des conditions financières pas moins de 5 fois ces derniers mois. Elle annonce également que les joueuses bénéficient de tous les standards pour s’entraîner : terrains, logements, salles de musculation, diététique, soins médicaux… Et qu’elle a augmenté sensiblement les budgets ces dernières années pour atteindre ce haut niveau, « autant qu’un coach vainqueur de la Ligue des Champions pourrait le désirer. »

Il semble que les points de vue soient vraiment divergents. On est donc très loin d’un accord en Irlande.

L’article du Guardian

Poster un commentaire