dimanche 2 octobre 2016

PUBLICITÉ

LFB – Etienne Faye : « Il y a une belle génération sur laquelle on va s’appuyer. »

Pour sa première expérience en tant que coach de Ligue Féminine de Basket, Etienne Faye aura la lourde tâche de succéder sur le banc lyonnais à Marina Maljkovic partie pour Galatasaray. Le coach devra miser sur un effectif jeune.

Comment se présente cette saison pour Lyon ?

La saison se présente bien, on a enfin récupéré tout le monde parce qu’on a fait une préparation un peu tronquée. Nous avons déjà un effectif assez restreint de 7 pros plus 3 jeunes du centre de formation. C’est un vraie volonté de Lyon Basket de s’appuyer sur son centre : on a les espoirs qui ont perdu en finale de leur championnat, les U18 sont Championnes de France donc il y a une belle génération sur laquelle on va s’appuyer. Il y a un beau potentiel mais toujours est-il qu’avec un effectif de 7 pros, on sait que ça peut être compliqué. On s’est préparé qu’avec 5 joueuses pendant longtemps, on a enfin récupéré cette semaine nos deux blessées. On est presque prêts pour l’Open et on va l’aborder avec notre effectif enfin au complet. Pendant la préparation, on est monté en puissance avec un dernier match contre Lattes-Montpellier où l’on ne perd que d’un point ce qui est encourageant pour la suite. C’est aussi un nouveau challenge pour moi qui découvre la Ligue Féminine même si je la suivais déjà beaucoup donc je pense que j’en ai une bonne connaissance. L’équipe a été renforcée notamment avec Carmen Guzman qui arrive de Basket Landes avec beaucoup d’expérience, elle sera d’ailleurs notre Capitaine. On a aussi renforcé le secteur intérieur avec Djéné Diawara qui arrive de Nice avec une bonne connaissance de la LFB donc encore une fois un plus côté expérience. Et on a fait venir Jenny Fouasseau d’Arras qui est en pleine progression et qu’on espère bonifier. Au niveau des ambitions on essayera d’être dans le Top 8 en se maintenant le plus tôt possible parce qu’avec seulement 12 équipes, le championnat va être très dense.

Cette nouvelle formule peut permettre à celui qui termine 8e de devenir Champion de France donc on peut dire que tout est permis cette année non ?

Oui tout est permis mais ça va être compliqué quand on finit 8e d’aller chercher Bourges ou Lattes-Montpellier. Nous on sait surtout contre qui on va être en concurrence. Il y aura sûrement des surprises mais ça va être compliqué, la LFB ce n’est pas la Pro A, ça peut être compliqué en étant 8e d’aller chercher un leader.

Vous l’avez-dit vous allez vous appuyer sur un centre formation performant. On sait aussi que la région Rhône-Alpes est une terre de basket féminin. Il y a donc un vrai potentiel basket féminin à Lyon ?

Oui exactement et même quand vous regarder les effectifs de Ligue Féminine, il y a beaucoup de joueuses issues du lyonnais ou passées par Lyon. Il y a un vrai potentiel, c’est pour cela qu’on a aussi l’ambition de développer encore les structures du centre de formation, amener les jeunes à signer dans quelques années des contrats pro. On est dans cette démarche de former des jeunes, essayer de leur donner du temps de jeu dès cette année. Ça va être compliqué parfois mais on va jouer le jeu jusqu’au bout et on va voir où ça va nous mener.

L’avantage de n’avoir que 7 pros c’est que vous allez pouvoir faire jouer des jeunes, même peu de temps, mais ce sera de l’expérience pour l’avenir non ?

Oui c’est ça. Moi en tant que formateur je connais la marge d’erreur qu’on peut accorder aux jeunes donc il faut être indulgent, les accompagner, ne pas être trop exigent d’entrée. C’est le passage obligé quand vous êtes jeunes mais elles auront la chance de pouvoir évoluer et apprendre au quotidien avec les joueuses les plus expérimentées.

Sur la photo : Christelle Diallo lors de l’Open LFB 2014.

Poster un commentaire