samedi 19 avril 2014

PUBLICITÉ

Karine Savina : « Le fric, un sujet tabou »

Descendu de LFH en Division 2 l’an passé, le club de hand historique du Cercle Dijon Bourgogne a innové ces dernières semaines en se lançant dans le crowfunding pour financer sa remonté en Ligue Féminine. Sa Présidente Karine Savina nous en parle.

En tant que Présidente du CDB 21, vous avez fait le choix de passer par le crowdfunding pour financer votre club. Comment vous est venue cette idée ?

Cette idée nous est venue d’un supporter. On n’y avait pas pensé mais on y a réfléchi donc on s’est lancé.

Vous demandiez 8000 euros, vous avez atteint vos objectifs, on vous imagine satisfaite !

Oui je suis contente de la mobilisation. Nous avons fait une partie du chemin, il en reste une autre.

Cette somme peut paraitre assez faible en fait, à quoi correspond-t-elle ?

En fait, cet argent peut servir à un peu tout, il y a plusieurs axes : matériels, s’acheter un minibus pour les déplacements, financer une partie du centre de formation… il y a plein de motifs. C’était aussi une façon de mobiliser plus largement. Après, elle ne correspond pas à quelque chose en particulier. Elle a été fixée avec Sponsorise.me qui héberge ce projet et qui nous a conseillé, en fonction de leur expérience, de ce qu’ils avaient déjà fait avec d’autres clubs. Ils nous ont proposé cette somme, on a accepté.

A quoi va servir donc et argent ?

A peut près tout ce qui pourra nous aider à remonter en Ligue Féminine de Handball. Nous n’avons fait que 10% du chemin.

Sportivement vous êtes entrain également de réaliser vos objectifs …

Oui nous avons un petit matelas d’un match.* Nous sommes satisfaits pour tout le monde. Maintenant ce n’est pas encore fait. Et après il faut passer au financement d’une saison en LFH, passer par les commissions des finances types DNCG. Boucler l’aspect financier en quelques sortes.

La concurrence est rude dans une division 2 qui se professionnalise elle aussi de plus en plus…

Oui c’est vrai. Nous n’avons voulu minimiser aucun match ni aucun adversaire. Surtout en deuxième partie de saison. La Coupe d’Europe** n’a été qu’un plus mais n’a jamais été un objectif. Nous avons vraiment misé sur le championnat.

Vous avez surtout su garder quelques uns de vos éléments même en descendant, ce qui est une force…

Je ne sais pas si c’est une force mais ça a été une réaction de Chef d’entreprise.*** Nous avons joué avec les joueuses la transparence et la lucidité. C’était une tempête dans une entreprise qu’il a fallu affronter ensemble. Nous avons voulu les professionnaliser et les responsabiliser. Après, on a été clair, on a eu du mal à les payer certains mois, plutôt le 10 que le 5 mais nous avons eu un discours, franc, clair et authentique. Encore une fois, nous avons voulu affronter cette tempête et ce projet avec Sponsorise.me était une bonne idée. On est clair, on a besoin de fric, et c’est un sujet tabou. Nous avons voulu rester soudés autour de ce vrai problème de société. Le handball féminin a beaucoup de chose à donner et plein de valeurs à partager. Les joueuses ont une âme et nous avons réussi à conserver 80% de l’effectif cette année malgré la descente. Nous leur avons proposé un vrai projet socioprofessionnel. Notre ancienne Capitaine, Céline Murigneux qui a stoppé sa carrière l’an dernier dirige aujourd’hui une agence de 150 personnes !

Céline qui aurait pu partir sur un titre, la Coupe de France 2013 perdue contre Metz à Bercy…

Oui ça aurait un beau cadeau pour elle, et pour nous aussi.

* Au jeudi 10 avril, date de l’interview, Dijon était 1er de D2F avec 51 points, et 7 points d’avance sur le 2e. ** Finaliste de la Coupe de France, le CDB21 a disputé la Coupe des Coupes magré sa descente en D2 *** Dès que le club a été sportivement relégué à l’issue de la saison 2012-2013, Karine Savina a reçu dans les jours qui ont suivi toutes les joueuses individuellement pour leur proposer un projet de remontée immédiate en LFH.

Comments
One Response to “Karine Savina : « Le fric, un sujet tabou »”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] financières de la FFHB comme l’avait souligné prudemment sa présidente Karine Savina dans notre interview il y a quelques […]