lundi 26 février 2018

PUBLICITÉ

Femmes de Sport, 10 ans de passion

En ce mois de février 2018, Femmes de Sport fête ses 10 ans. L’occasion pour notre fondateur de revenir sur ces 10 premières années.

10 ans. Si j’avais imaginé lorsque j’ai lancé Femmes de Sport que l’aventure durerait si longtemps, j’aurais signé tout de suite. Entre le moment où l’idée a émergé, celui où j’ai trouvé le nom Femmes de Sport et celui où le projet s’est concrétisé, il s’est passé quelques mois. C’est réellement lorsque le site a été mis en ligne le 14 février 2008 que ce projet est devenu une réalité.

Créé afin de combler un vide d’information sur le sport féminin, abyssal à l’époque, jamais je n’aurais pensé faire autant de choses durant toutes ces années grâce à ce site Internet. Il y a 10 ans, le but était de mettre en avant les sportives et leurs résultats. Je me souviens de la première idée : « Il n’y a pas de raison que les athlètes, les clubs ou les fédérations ne nous ouvrent pas leurs portes. » Peu de gens s’intéressaient alors au sort et aux exploits de ces sportives. Certains ont ouvert immédiatement leurs portes, d’autres ne l’ont jamais fait et quelques uns les ont refermées. Mais avec les quelques amis embarqués avec moi au démarrage, nous n’avons jamais baissé les bras.

Je me rappelle de ce premier reportage auprès de l’Équipe de France féminine de football à Compiègne lors d’un rassemblement où j’ai rencontré Gaëtane Thiney et Bruno Bini qui furent mes premiers interviewés. Je me souviens surtout de ce petit hôtel qui accueillait la conférence de presse et où seule une journaliste du Courrier Picard et moi étions présents. Ce jour-là, j’ai compris que la tâche qui nous attendait était énorme.

Dix ans après, ce souvenir est encore intact et beaucoup de choses se sont passées. Au nom de Femmes de Sport, j’ai co-animé une émission de Webradio. J’ai contribué à la mise en place de l’émission TV Femmes de Sport, diffusée sur 27 chaînes locales de la TNT en partenariat avec la chaîne Demain! J’ai eu l’opportunité de participer à un cours de judo mémorable avec Émilie Andéol, Automne Pavia et Clarisse Agbégnenou. J’ai assisté en tant que grand témoin aux États Généraux du Sport Féminin en Équipe en 2013 à Bourges. Mes 3 suggestions ont été retenues dans le livre blanc « 60 propositions pour le sport féminin en équipe » qui a découlé de cet événement l’année suivante et qui a été remis à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes et porte-parole du Gouvernement du moment :

– Faire une place aux médias, sites Internet et réseaux sociaux bénévoles,
– Inscrire les blogs et sites Internet bénévoles dans les fichiers presse des clubs/fédérations,
– Avoir un relais presse identifié dans chaque club/fédération.

Trois propositions pour un livre blanc qui reste malheureusement toujours d’actualité.

Tant de souvenirs, et bien d’autres encore. II serait trop long de vous lister ici tous les bons moments que j’ai pu vivre durant ces 10 ans.

Je n’oublie pas non plus les difficultés rencontrées parfois pour réaliser certaines choses, les moments de solitude qui accompagnent un projet bénévole, les doutes sur la façon de travailler ou d’impliquer des personnes dans cette aventure et les idées laissées sur la route par manque de temps ou de moyens.

Avec les différents bénévoles, nous ne nous sommes jamais surestimés, nous n’avons jamais dénigré celles et ceux que nous avons croisés durant ces années. Nous avons toujours cherché à être le plus professionnel possible, pour fournir le meilleur de nous-mêmes et pour respecter celles et ceux dont c’est le métier. Nous avons toujours modestement pris ce que nous pouvions prendre lorsque nous étions invités à des événements, conscients de la chance qui nous était accordée de pouvoir y assister.

Je suis extrêmement reconnaissant envers celles et ceux qui nous ont permis de vivre ces moments-là. Sans leur accord ou leurs invitations, je n’aurais jamais pu assister à des matchs des équipes de France féminines de foot, de basket, de hand, à un départ de la Volvo Ocean Race à Lorient, au Trophée Bompard de patinage artistique, aux Winter X-Games Europe à Tignes ou au Roxy Pro de surf à Hossegor. Je n’aurais pas pu approcher les Championnes d’Europe de basket 2009, les Championnes du Monde de hand 2017 et certaines grandes sportives françaises telles que Céline Dumerc, Marion Rolland, Allison Pineau, Camille Abily, Ophélie David, Anne-Flore Marxer, Maryse Ewanje-Epée, Victoria Ravva, Nathalie Péchalat ou encore Tessa Worley. Peut-être que je n’aurais jamais eu l’occasion de parler tactique dans autant de sports différents avec des techniciens comme Magali Magail, Raphaëlle Tervel, Valérie Garnier, Frédéric Bougeant, Pierre Vincent, Olivier Krumbholz, Bruno Bini, Frédéric Lecanu, Marc-Angelo Soumah ou même Teddy Riner.

Rien que pour ça, je tiens à vous remercier. Merci à vous, les sportives et leur encadrement. Merci à vous, les attachés de presse, les organisateurs d’événements et les responsables communication. Et merci à vous aussi, les bénévoles qui opérez à la bonne tenue de toutes ces manifestations et nous permettez d’y participer.

Merci à celles et ceux qui sont passés chez Femmes de Sport. Beaucoup d’entre vous volent vers d’autres défis et j’espère que l’expérience que vous avez acquise à nos côtés vous sert encore. Merci également à celles et ceux qui nous ont ponctuellement accordé un peu de leur temps pour nous aider alors qu’ils étaient déjà occupés par leurs postes ailleurs. Et enfin un grand merci à celles et ceux qui font aujourd’hui partie de l’équipe Femmes de Sport. Un groupe de passionnés qui donnent le maximum de leur temps libre pour cette aventure un peu folle, parfois désordonnée mais qui avance.

Je ne vous oublie pas non plus, vous les internautes et les abonnés sur nos réseaux sociaux. Parfois, vos propos sont un peu durs et cela nous rappelle à l’ordre pour faire encore mieux. Mais le plus souvent, vous êtes bienveillants. C’est aussi grâce à nos échanges que nous avons l’occasion d’expliquer qui nous sommes et ce que nous faisons. Vos retours positifs nous confortent dans l’idée que même si nous faisons des erreurs, nous participons à une histoire bien plus grande et bien plus importante que la nôtre : la médiatisation du sport féminin.

Nous avons la conviction que notre travail est encore important et c’est pourquoi nous n’abandonnerons pas. Vous pourrez encore compter sur nous pour vous relater les performances de ces sportives toujours en recherche de visibilité et de reconnaissance. Tant que cette équité de traitement entre les sportifs et les sportives ne sera pas devenue la norme, Femmes de Sport sera présent.

Florian Polteau,
Président et Fondateur de Femmes de Sport.

 

Comments are closed.