jeudi 20 novembre 2014

PUBLICITÉ

Anne Caseneuve remporte la Route du Rhum (catégorie Rhum)

Anne Caseneuve a reporté ce mercredi la Route du Rhum dans sa catégorie (Rhum) en puvérisant au passage le record de l’épreuve (toujours pour sa catégorie).

(Info Agence Mer et Média)

En coupant la ligne d’arrivée de Pointe-à-Pitre à 21 heures 06 minutes et 03 secondes (heure française) ce mercredi 19 novembre, Anne Caseneuve a remporté la plus mythique des transatlantiques dans la classe Rhum. A bord de son trimaran ANEO, la navigatrice devient ainsi la troisième femme à inscrire son nom au palmarès de la Route du Rhum, 24 ans après Florence Arthaud et 12 ans après Ellen MacArthur. Son temps de course : 17 jours, 07 heures, 06 minutes et 03 secondes. Elle pulvérise au passage l’ancien record détenu par l’Italien Andrea Mura depuis 2010 (en 19 jours, 9 heures, 40 minutes et 30 secondes). La vitesse moyenne d’Anne Caseneuve sur l’eau est de 11,42 nœuds sur une distance réelle parcourue de 4740 milles. Sa cinquième Route du Rhum aura donc été la bonne. Réaction à chaud.

ENTRE JOIE ET SOULAGEMENT

« En remportant cette Route du Rhum, je ressens beaucoup de joie, bien sûr, mais aussi du soulagement. Je n’ai pas trop voulu en parler durant la course mais j’ai eu des problèmes de safrans, au niveau des transmissions. J’ai envisagé de m’arrêter à Madère, mais je me suis dit que cela compromettrait définitivement mes chances de victoire – il n’en était pas question ! J’ai donc poursuivi mon chemin, sans faire escale. Quelle satisfaction d’avoir franchi la ligne à la première place malgré cette avarie ! C’était ma cinquième Route du Rhum et ma cinquantième traversée de l’Atlantique. Mais j’ai encore appris énormément de choses… »

UNE DOMINATION INATTENDUE

« Honnêtement, je ne m’attendais pas une seconde à dominer la classe Rhum de la sorte. Je ne me sentais pas en bonne forme physique au départ de Saint-Malo. Mais une fois en mer, tout allait beaucoup mieux. Les conditions ont été difficiles en début de parcours, au près dans une mer formée. Mes concurrents engagés en multicoque ont souffert. Certains ont abandonné, d’autres ont fait escale. Mais mon trimaran ANEO est bien passé. Je n’ai eu à déplorer aucune avarie jusqu’au cinquième jour de mer et ce problème de safrans, qui n’a donc pas été rédhibitoire. L’Italien Andrea Mura, le tenant du titre, a été devant moi jusqu’au sixième jour. Mais je savais que mon option au Sud était la bonne. Elle ne faisait selon moi aucun doute depuis le départ et l’évolution de la situation météo n’a fait que confirmer. Parti bien plus au Nord, Mura a beaucoup souffert en se retrouvant bloqué par un anticyclone. J’ai alors pu filer au portant vers la victoire ! »

ARTHAUD, MACARTHUR, CASENEUVE

« Devenir la troisième femme à remporter la Route du Rhum est très important à mes yeux. Je succède ainsi à Florence Artahud et Ellen MacArthur, deux sacrées nanas ! Nous ne sommes pas nombreuses à faire ce genre de choses, et encore moins à gagner. Cette année, seulement trois autres femmes participaient à la Route du Rhum (Miranda Merron, Juliette Pêtrès et Phillippa Hutton-Squire), toutes en Class40. Et j’étais la seule engagée en multicoque. Dans ce contexte, gagner constitue un beau clin d’œil, et un signal encourageant. C’est marrant car pendant la course j’ai toujours dit que je ne m’occupais pas des Class40, même si j’étais au contact avec certains d’entre eux. Mais je peux maintenant dévoiler que je surveillais avec grande attention Miranda Merron car je voulais à tout prix être la première femme à franchir la ligne d’arrivée de cette dixième Route du Rhum (rires) ! C’est désormais chose faite* »

(*) Sur la route théorique de 3 542 milles, la vitesse moyenne d’ANEO a été de 8,53nœuds.

Son arrivée à Point-a-Pitre en video :

« Ça termine en beauté!  » Arrivée de Anne… par routedurhum

Poster un commentaire