lundi 11 mai 2015

PUBLICITÉ

Ligue AF : Cannes au bout du suspense

C’est après 2h11 d’un match acharné que le RC Cannes a remporté le vingtième titre de son histoire. Menées deux sets à zéro par le Cannet, les Cannoises ont su trouver des solutions pour remonter et gagner. Récit d’un match mémorable à plus d’un titre…

Le Cannet démarre tambour battant.

Grâce au duo Elisabeth Fedele / Myriam Kloster, les joueuses de Riccardo Marchesi prennent rapidement l’avantage pour mener 8-4 dans le premier set. Les Cannoises recollent à 9-9. Les Cannetanes reprennent quatre points d’avance 13-9 mais les Cannoises bien emmenées par une Juliann Faucette (25 points) en pleine forme reviennent à nouveau au score et prennent même jusqu’à quatre points d’avance (19-15). Et pourtant les Cannetanes infligent un 9-1 à Cannes. Même si Juliann Faucette sauve deux des trois balles de sets, la quatrième sera la bonne pour l’équipe qui a remporté la Coupe de France. Dans le deuxième set, le match est assez équilibré. A 11-11, les joueuses de Riccardo Marchesi, enchaînent quatre points de suite mais Cannes recollent à nouveau puis reprend la tête (21-18). Belinda Brcic, la passeuse croate enchaîne ensuite une très bonne série de services dont deux aces pour infliger aux joueuses d’Anny Courtade un 7-0 et ainsi remporter le deuxième set grâce notamment à Myriam Kloster auteure de quatre blocks et Valentina Zago auteure de cinq points.

Cannes revient à l’orgueil

Menées deux sets zéro, les Cannoises ont profité d’une baisse de niveau des Cannetanes pour faire la course en tête dans le troisième set. Grâce à la bonne entrée de Sanja Bursac, Cannes mène rapidement 6-1. Le Cannet revient à plusieurs reprises à un point mais à chaque fois Maret Grothues, Victoria Ravva, Juliann Faucette ou encore Sanja Bursac maintiennent Cannes devant. Après le second temps mort technique, Cannes accélère pour remporter en moins de vingt-cinq minutes le troisième set. Dans le quatrième set, la situation s’est à nouveau inversée. Le Cannet fait la course en tête et c’est le RC Cannes qui court après le score. Elisabeth Fedele, Marina Zambelli et Valentina Zago permettent à ses coéquipières de maintenir l’écart qui oscille entre un et quatre points. Le tournant du match intervient à 23-19 en faveur du Cannet. Mareen Apitz passe au service et cette dernière met en difficulté la réception cannetane. Cela offre des opportunités d’attaques que ne laissent pas passer Nneka Onyejekwe et Juliann Faucette. Au block Maret Grothues contribue elle aussi à la bonne série cannoise conclue par un ace de la passeuse cannoise. Cet ace permet au RC Cannes d’égaliser à deux sets partout.

Un tie-break gagné à l’expérience.

On dit que l’on reconnaît une grande équipe à la manière dont elle joue les points importants`. Dans le tie-break, les joueuses de Yan Fang ont toujours fait la course en tête. La grosse série de Nneka Onyejekwe au service fait la différence. Sans doute encore affectées par la perte du quatrième set, les Cannetanes baissent en qualité de réception. En face, Victoria Ravva et ses partenaires font le travail en attaque pour faire grimper l’écart à sept points au maximum. Même si les partenaires de Myriam Kloster parviennent à revenir à -3, Cannes gère à l’expérience les derniers side out pour s’imposer 15-10. Comme l’explique la Capitaine du Cannet, « une finale est souvent pleine de rebondissement et se joue à des détails ». Ce match entre le Cannet et Cannes a parfaitement illustré ces propos.

Pour son dernier match, Victoria Ravva a inscrit dix-neuf points. Après son dernier titre, elle nous a déclaré « avoir le sentiment d’avoir eu beaucoup de chance », « que Dieu n’a pas voulu que sa carrière se termine mal. » Avant d’avouer sa fatigue physique : « Je me suis éclaté moi mais aussi mes articulations » raconte celle qui a « kiffé » ce match. « Ce titre a une plus forte symbolique à 3-2 qu’à 3-0. » Concernant son après carrière, Vica va suivre une formation de marketing et mangement afin d’être légitime comme manager et d’acquérir des compétences. « J’aurais la chance d’être stagiaire au RC Cannes et peut-être qu’un jour je serai manager du club. »

Du côté du Cannetanes, Elisabeth Fedele et Myriam Kloster partageaient la même analyse. Avec le recul, Le Cannet a fait une belle saison avec deux finales dont un titre. Le match s’est joué à des détails. La n°9 du Cannet annonce de son côté « avoir des remords car son équipe avait le match en main et que les Cannoises leur ont pris… » Tout de même élue Meilleure joueuse de la saison, Myriam Kloster ajoute de son côté « qu’il a manqué un peu de régularité à ses partenaires » mais qu’elle a été « fière d’avoir été la capitaine de ce groupe. »

Poster un commentaire