mercredi 11 septembre 2013

PUBLICITÉ

Euro Volley 2013 : les Bleues en 1/4 au bout du suspens

Hier soir à Zurich, l’Equipe de France féminine de volley a réalisé l’objectif qui était fixé par son coach Fabrice Vial, atteindre les quart de finale de l’Euro 2013. Une victoire acquise en huitième de finale, au bout du suspense contre la République Tchèque.

(Info FFVB)

Héroïques joueuses françaises. Et incroyable équipe de France. Malmenées pendant deux sets, en barrage de l’Euro 2013, par une formation de la République Tchèque supérieure dans tous les secteurs du jeu, les Bleues ont retourné la partie. Pour l’emporter en cinq sets, au terme d’un tie-break (20/18), où elles ont sauvé trois balles de match.

L’aventure continue. Pour avoir écarté la République Tchèque, un adversaire mieux classé dans la hiérarchie mondiale, l’équipe de France a gagné sa place en quart-de-finale. Elle a atteint l’objectif fixé par l’encadrement avant le début du tournoi. Et elle égale la meilleure performance d’une équipe nationale féminine dans un Euro, rejoignant la formation entraînée par Yan Fang en 2007. Elle retrouvera la Belgique, mercredi à 17 h 30, pour une place dans le dernier carré.

Un match de dingue, a lâché Hélène Schleck à sa sortie du terrain. Le mot est faible. Pendant deux sets, la rencontre a toujours tourné dans le même sens. Une série au service de l’athlétique Aneta Havlickova, dans la première manche, a permis aux Tchèques de se détacher (21/13), pour ne plus être rejointes. Le deuxième set a joué la même musique, mais à un rythme encore plus rapide. Un cauchemar pour les Bleues, corrigées par une équipe tchèque portée par Aneta Havlickova, meilleure marqueuse de la partie avec 29 points. Le score se passe de commentaires : 25/9.

« A ce stade du match, j’avoue que j’étais désemparé, a avoué Fabrice Vial après la rencontre. Un grand moment de solitude. Mais les joueuses se sont reprises en mains. Elles ont dit stop, on ne peut pas continuer à jouer ainsi. La preuve que, dans un match de volley, le terrain appartient toujours aux joueuses. »

Hélène Schleck confirme : « On s’est dit que, quitte à perdre, autant le faire avec les honneurs. On avait eu l’impression de sortir d’un long trou blanc. On s’est réveillées. On ne voulait pas rentrer à la maison en ayant joué un tel volley, avec des têtes de déterrées. »

Le résultat a dépassé les espérances de l’encadrement français. Remises dans la partie en milieu de 3ème set, les Bleues ont remporté la manche. Puis la suivante. Dans le tie-break, où Déborah Ortschitt a été héroïque, comme tout au long de la partie, les Françaises ont sauvé trois balles de match, pour l’emporter 20/18.

« Une émotion incroyable, a reconnu Anna Rybaczewski, le regard embué par les larmes. En réception, nous avons été énormes. Le match a tourné. C’est assez incroyable. »

L’objectif atteint, Hélène Schleck promène déjà ses regards vers la rencontre suivante, un quart-de-finale face à la Belgique programmé après moins de 24 heures de repos. « Les Belges, nous les avons déjà battues. Et nous en sommes en quart, donc nous n’avons plus rien à perdre. Mais je suis contente pour l’équipe. Cette aventure lance formidablement les jeunes joueuses de l’équipe. » Elles n’oublieront jamais. Les anciennes encore moins.

Comments are closed.