dimanche 30 octobre 2016

PUBLICITÉ

WTA Finals – Dominika Cibulkova pour conclure

Angélique Kerber et Dominka Cibulkova ont ouvert et clos ces Masters féminins ensemble. Face à la numéro 1 mondiale, qu’elle avait déjà chahutée quelques jours plus tôt, la Slovaque a joué crânement sa chance. Avec succès.


Meilleure joueuse de l’année 2016, Angélique Kerber a tenu son rang dans cet ultime tournoi de la saison. Sortie première de sa poule après trois victoires en trois matches face à Dominika Cibulkova, Madison Keys et Simona Halep, l’Allemande a étrillé en demi-finales la tenante du titre, Agnieszka Radwanska.
De son côté, Dominika Cibulkova est une miraculée : après avoir été battue par Kerber puis par Madison Keys en poules, la Slovaque a obtenu son unique victoire et la deuxième place de son groupe aux dépens de Simona Halep. En demi-finales, l’attendait Svetlana Kuznetsova. Si la Russe a dominé le premier set de la tête et des épaules (6-1), « Domi » a fait ce qu’elle sait faire de mieux : relever la tête et se battre. En remportant les deuxième et troisième sets 7-6 6-4, elle a obtenu son ticket pour la finale, mettant un terme à l’aventure de son adversaire, qualifiée seulement la veille du tournoi.

Face à une adversaire qui l’avait battue tellement difficilement en début de semaine, Dominika Cibulkova savait qu’elle avait une chance. Aussi opiniâtre que l’Allemande, l’énergie bondissante face à la patience, l’ancienne finaliste de l’Open d’Australie a entamé sa finale de la meilleure des manières, menant rapidement 3-0. 
Très mobile, agressive, elle a empêché Angélique Kerber de prendre le jeu à son compte. L’Allemande, auteure de plus de fautes directes qu’à l’accoutumée, ne parvient pas à sortir du schéma de jeu imposé par Dominka Cibulkova et finit par s’incliner (6-3).
Le début du second set est plus disputé. Angélique Kerber semble essayer de se libérer, en témoigne de hurlement rageur sur un coup droit long de ligne alors qu’elle lutte pour remporter son jeu de service. Le message est clair : elle ne cèdera pas. Mais la Slovaque est intouchable lors de cette finale. Elle continue à empêcher l’Allemande de poser son jeu, multiplie les coups gagnants (28 sur le match, 14 pour la numéro 1 mondiale) et réduit son adversaire à simplement défendre, avec bien moins d’efficacité que d’habitude. Quelques coups de génie dont l’Allemande a eu le secret cette année ne l’auront pas sauvée : c’est Cibulkova qui s’en sort, breakant Kerber pour finalement servir pour le match à 5-4. Il lui faudra quatre balles de match pour conclure, bien aidée par le filet, et s’imposer en 1h15 de jeu sur le score de 6-3 6-4.

Cette finale est la conclusion parfaite d’une année riche en surprises et en belles histoires.
Angélique Kerber numéro 1 mondiale, victorieuse de deux titres du Grand Chelem, finaliste d’un troisième, vice-championne olympique, face à Dominika Cibulkova, qui, au soir de l’Open d’Australie, il y a neuf mois, était seulement 65ème mondiale, après une saison 2015 gâchée par une blessure et une opération. Le reste de sa saison n’a été qu’une marche en avant : victoires à Katowice, Eastbourne, Linz et donc, Singapour : à la clé, une place de cinquième joueuse mondiale et un quatrième titre cette saison, le plus important de sa carrière, à 27 ans.

Comments are closed.