samedi 26 janvier 2019

PUBLICITÉ

Open d’Australie – Naomi Osaka brille

Embed from Getty Images

A 21 ans à peine (elle les a fêtés en octobre dernier) Naomi Osaka a écrit un morceau de l’histoire du tennis : après l’US Open en septembre 2018, la Japonaise remporte son deuxième titre majeur, le deuxième consécutif, et s’empare du même coup de la première place au classement WTA.

En l’espace d’un an, Naomi Osaka a changé de statut. En janvier 2018, elle pointait au-delà de la 70e place mondiale. A 20 ans, elle faisait partie des grands espoirs du tennis féminin, légèrement devancée néanmoins par d’autres joueuses du cru « 1997 », notamment Jelena Ostapenko, vainqueur à Roland Garros en 2017 ou Daria Kasatkina.

Et puis, il y a eu Indian Wells, où la Japonaise a remporté le premier titre de sa carrière en n’abandonnant qu’un set et en dominant notamment Agnieszka Radwanska, Karolina Pliskova et Simona Halep, puis en battant en finale Daria Kasatkina. La machine était lancée. L’US Open fut la concrétisation de la progression d’Osaka, avec la victoire qu’on sait sur Serena Williams.

Mais le plus dur restait à faire : confirmer. Demandez à Jelena Ostapenko : il n’est pas si facile de passer du statut d’outsider à celui de favorite. Mais Naomi Osaka n’a pas tremblé et a répondu aux attentes qui pesaient sur elle. La voilà désormais sur le toit du tennis féminin, avec deux tournois majeurs en poche.

Aujourd’hui, face à elle, se dressait Petra Kvitova, ses deux titres à Wimbledon, son histoire et l’affection de tous les observateurs du tennis. Dans ce contexte qui aurait pu la faire flancher, Osaka a tenu, et remporté un premier set très disputé, où aucune des deux joueuses n’a pu faire le break (7-6(2)). Dans le deuxième set, Petra Kvitova a fait le break d’entrée et mené 2-0, avant que la Japonaise relance la machine pour se détacher 4-2 puis 5-3. Sur le service de Kvitova, Osaka menait 0-40 et se procurait trois balles de match. Toutes les trois brillament sauvées par la Tchèque, qui revenait dans le match et s’installait du même coup dans la tête de son adversaire. Littéralement hors d’elle, Naomi Osaka laissait filer les cinq jeux suivants, laissait couler les larmes avant même la fin du second set et se retrouvait menée 6-7 7-5 1-0. Néanmoins, la pause entre le deuxième et le troisième set lui avait fait du bien. Reconcentrée, calme et précise, la Japonaise était la première à se détacher dans l’ultime manche, breakant Kvitova pour mener 2-1 et confirmer sur son service 3-1. Elle se procurait même trois balles de double break à 4-2, sauvées par Kvitova. Une nouvelle fois devant 5-3, Naomi Osaka avait une nouvelle chance de conclure sur son service, ce qu’elle fit sur ce qui était sa quatrième balle de match.

L’émotion était palpable chez les deux joueuses : Petra Kvitova, déçue, bien sûr, mais qui mesure l’exploit que représente cette finale pour une joueuse qui ne savait pas si elle rejouerait un jour au tennis il y a seulement deux ans de cela. Naomi Osaka pouvait de son côté savourer son nouveau titre, sa place de numéro 1 mondiale et attaquer la partie la plus stressante de la journée : s’exprimer devant le public. Les discours furent à l’image de deux des joueuses les plus attachantes du circuit : humbles, élégants et fair-play.


Le classement WTA au 28/01/19 :
1. Naomi Osaka
2. Petra Kvitova
3. Simona Halep
4. Sloane Stephens
5. Karolina Pliskova
6. Angelique Kerber
7. Elina Svitolina
8. Kiki Bertens
9. Caroline Wozniacki
10. Aryna Sabalenka

La première Française, Caroline Garcia, devrait pointer aux alentours de la 20e place.

Comments are closed.