mardi 4 septembre 2012

PUBLICITÉ

Fed Cup – La Surprise Urpi

A la surprise général, c’est Gabriel Urpi qui a été nommé entraîneur de l’Equipe de France de Fed Cup, il viendra épauler Amélie Mauresmo, fraichement nommée Capitaine. Inconnu en France, l’espagnol est pourtant un entraîneur de renom.

(Info FFT)

Amélie Mauresmo s’appuiera sur Gabriel Urpi comme entraîneur, pour mener sa première campagne de Fed Cup en 2013, en qualité de capitaine de l’équipe de France. Peut-être peu connu du grand public, l’Espagnol qui parle couramment le français, jouit d’une solide réputation sur le circuit féminin, où il a obtenu ses meilleures performances aux côtés de joueuses de premier plan.

Sitôt sa carrière de joueur achevée en 1989, Urpi, aujourd’hui âgé de cinquante-et-un ans, a embrassé celle d’entraîneur. D’abord aux côtés de jeunes espoirs du tennis ibérique, puis de joueurs du circuit comme Francisco Roig et Tomas Carbonell, il a ensuite conduit ses compatriotes Arantxa Sanchez-Vicario et Conchita Martinez vers les plus grands succès.

A ses côtés, Sanchez-Vicario a notamment remporté deux titres du Grand Chelem en simple, à Roland-Garros et à l’US Open en 1994, disputé trois autres finales dans ce type d’épreuves, et surtout atteint les premières places du classement mondial en simple et en double.
Plus tard, Gabriel Urpi mènera Conchita Martinez jusqu’en finale de l’Open d’Australie (1998), avant de coacher deux joueurs espagnols confirmés du circuit, Fernando Vicente et Alberto Martin.

Enfin, depuis 2005, Gabriel Urpi travaillait avec l’Italienne Flavia Pennetta qui, à ses côtés, est devenue la première joueuse italienne à figurer dans le top 10 du classement mondial en simple, et à monter sur la plus haute marche du classement mondial de double. C’est également sous sa conduite que Pennetta a remporté ses trois Fed Cup avec l’Italie.

« Je connais Amélie (Mauresmo) depuis très longtemps, confie Urpi. Pour l’anecdote, j’entraînais Martinez lorsqu’Amélie a disputé et perdu contre… Conchita la première grande finale de sa carrière sur le circuit. C’était à Berlin en 1998. J’ai beaucoup d’admiration pour Amélie. Et je suis très flatté qu’elle ait pensé à moi pour l’accompagner dans sa mission à la tête de l’équipe de France de Fed Cup. Je suis très motivé à l’idée d’entamer un travail de construction, de bâtir un collectif, à ses côtés. »

L’équipe de France et son nouveau staff entameront la campagne 2013 de Fed Cup face à l’Allemagne, les 9 et 10 février prochains, en France (dans une ville restant à déterminer).

Comments are closed.