jeudi 5 septembre 2013

PUBLICITÉ

LFH – Toulon : « L’équipe nous l’avions ! »

Jeanne-Marie de Torres et la Co-présidente du Toulon Saint-Cyr Var Handball et a de sérieuses ambitions pour la saison de 2013/2014 puisqu’elle n’a toujours pas digéré que son club double tenant de la Coupe de France rate une nouvelle finale à Bercy et dispute les play-downs de LFH. Elle évoque aussi le quotidien et les difficultés du club à trouver des partenaires à l’ombre du Rugby Club Toulonnais qui brille en TOP14.

Madame la Co-présidente…

Oui il ne faut pas oublier Perrine ! (sourire)

Est-ce que vous pouvez nous présenter un peu la saison à venir à Toulon, sachant que la précédente a été difficile ?

Très difficile parce que des blessures, difficile parce qu’une maternité qui était notre principale joueuse (NDLR : Christianne Mwasesa) qui a eu une magnifique petite Lola le 1er juillet et je pense que Chrstianne va reprendre bientôt les entraînements, je ne sais pas si elle sera apte à jouer mais je la crois capable de tout… Si vous la voyiez !!! Moi je l’ai vu le soir après son accouchement, une demi-heure après elle téléphonait à tout le monde… Voilà.

Une jeune femme énergique…

Très énergique même. Après l’équipe n’a pas tellement changé parce que l’équipe nous l’avions. Mais nous avons eu beaucoup de blessées. Nous avons deux recrues dont Stéphanie Daudé qui malheureusement s’est blessée en match de préparation mais c’est beaucoup moins grave qu’on l’avait supposé donc je pense qu’elle va rejoindre très vite l’effectif, en tout cas elle en a terriblement envie. La deuxième recrue c’est une très bonne surprise c’est Helena Sterbova, c’est une tchèque. Elle nous est un peu « tombée dessus » parce qu’en fait son fiancé vient jouer à St Raphaël en ligue masculine, et elle a essayé de se rapprocher de lui. Bon on s’est quand même renseigné hein, et on savait que c’était une très bonne défenseuse et c’est justement dans ce domaine là que nous avions des progrès à faire. Donc pourquoi Stéphanie et pourquoi Helena, et bien pour la défense et là je crois que Thierry ne s’est pas trompé. Ensuite nous avons aussi deux recrutements en interne puisque nous avons proposé deux contrats à deux jeunes filles du centre de formation : Laurène Catani et Laura Goddefroy qui évolue à l’aile gauche et qui a énormément progressé. J’ai eu l’occasion de la voir lors des matchs amicaux et je pense qu’elle va en surprendre plus d’un. Comme l’a dit Thierry Vincent nous n’avons que deux recrues mais on s’est réservé un joker au cas où… On ne sait pas dans quel domaine mais on pourra renforcer si on doit renforcer et si ce n’est pas en joueuse on pourra renforcer pourquoi pas dans l’administratif ou ailleurs voilà on verra… Donc deux bonnes surprises et beaucoup de jeunes filles du centre de formation qui vont venir en numéro 2.

L’objectif du club ce sera forcément les play-offs et pourquoi ne pas refaire un beau parcours dans les coupes ?

Oui hein la Coupe de France l’année dernière ça n’est pas passé ! Aller en demi-finale et aller faire ce match catastrophique… Je vous avoue que c’était la pire expérience de ma vie de présidente (NDLR : Toulon est allé perdre à Dijon 33 à 20). Je ne l’ai toujours pas digéré. Bien que nous ayons eu beaucoup de blessées je pense que c’était inacceptable. Les filles qui étaient sur le terrain avaient été capables de tenir Metz, chez nous, les mêmes filles ! Alors qu’est-ce qui s’est passé dans leur tête ? Je ne sais pas et franchement j’espère qu’elles vont se rattraper cette année. J’ai cette ambition là. Thierry ne l’avouera jamais mais moi j’ai envie d’aller jusqu’au bout, je les pousserai parce que j’ai envie de retourner à Bercy. (NDLR : Toulon a remporté deux fois de suite la CDF à Bercy en 2011 et 2012)

Vous avez mis la pression aux filles alors un petit peu non ?

Pas encore… ça va venir ! (rires)

Ce sera en fonction des premiers résultats surtout …

Voilà absolument … (rires) D’autant que la majorité est bien concernée puisqu’elles étaient pratiquement toutes là la saison dernière.

Vous l’avez évoqué l’effectif n’a pas beaucoup bougé car vous aviez déjà beaucoup de joueuse de qualité. Vous n’avez recruté que 2 joueuses pour renforcer la défense, c’est ce qu’il vous manquait pour aller de l’avant ?

Oui tout à fait ! C’était la volonté de l’entraîneur et aussi la mienne parce que j’estime que dans notre équipe nous avions les ressources nécessaire. Cette équipe a été déséquilibrée du fait de certaines blessures et du départ de Christianne, et je reste persuadé que lorsque nous aurons récupéré tout le monde cela re-fonctionnera comme par le passé. Même s’il est vrai que tous les clubs se renforcent et progressent. Il n’y a plus de petits clubs en LFH.

On le voit aussi avec des clubs comme Nice l’an passé et Nantes cette saison qui a un effectif de LFH.

Tout à fait. D’ailleurs notre match le plus catastrophique de play-downs je crois bien qu’on l’a fait contre Nice, chez nous !

Ah oui mais c’est le derby ça !

Ah oui mais là…. Après la demi-finale de la Coupe de France… (Elle se met à rire à nouveau) je crois bien que c’est celui là qui n’est pas passé non plus ! Je l‘ai pas digéré.

On sait à Toulon que la place est prise par l’omniprésence du club de rugby, comment ça se passe pour vous au quotidien ? Si on parle de survie du club ce serait beaucoup dire ? C’est difficile de trouver des partenaires ?

Et bien l‘année dernière nous avions eu une embellie en ce sens que nos partenaires avaient progressé, mais cette année on joue de malchance puisque notre partenaire principale qui est la SNCM et je ne sais pas si vous suivez un peu l’actu et lisez la presse mais la SNCM a quelques difficultés cette année et à ce jour vous avez vu ? Y a encore une place sur mon maillot ! On a laissé une place !

Vous voulez qu’on lance un appel ?

Non mais à ce jour à ce jour on ne sait pas si la ligne Toulon-Corse est maintenue et si ça s’arrange pour eux ils seront encore partenaires. Et ça je ne peux pas vous le certifier aujourd’hui. Nous avons également perdu Groupama puisque les agences locales n’ont plus les budgets et on a perdu l’agence locale de Saint-Cyr et celle de Toulon, les deux. Et là ça fait mal !

Vous aviez engagé quelque chose aussi avec le club de rugby, des actions sur les billets si je me trompe pas…

Ça n’a pas marché terriblement je dois avouer. Je pense qu’on n’a pas assez creusé la collaboration qu’on doit avoir avec le rugby. Volontairement, je les ai laissé aussi tranquilles parce qu’il y a beaucoup de clubs qui tapent à leur porte… Voilà donc peut-être qu’on va essayer de mettre en place, une ou deux opérations dans l’année, mais des opérations d’envergure. Donc on est fiers du rugby à Toulon, mais le club reçoit aussi de l’argent des collectivités locales et j’estime que c’est normal qu’il y ait un répercutions, un retour vers les autres clubs de la ville. On verra, on en discuter avec Monsieur Boudjellal.

D’autant que sur Toulon, y a pas tant de clubs de très haut niveau que ça, Rugby, Basket, Hand… et c’est à peu près tout…

Oui le basket ils ne sont qu’en Pro B…

Oui mais ça reste pro donc du haut niveau…

C’est vrai. Bon ils sont descendus, maintenant je ne sais pas comment ça va se passer pour eux. On essaie de mutualiser certaine choses avec le basket. On a des bureaux mitoyens au Palais de Sport alors ça facilite. Si par exemple il faut qu’on mette des marquages sur le terrain et bien on va le mettre. S’il faut mettre le Conseil Général et bien on va le payer tous les deux. Après c’est compliqué parce que la salle n’est pas dédiée qu’au Handball et donc on n’a pas un tracé unique alors pour les retransmissions TV, ça va poser des problèmes.

Poster un commentaire