vendredi 20 décembre 2013

PUBLICITÉ

Le Brésil va défier la Serbie chez elle

La 21ème édition des Championnats du Monde de handball arrive à son terme : le pays hôte, la Serbie, sera finaliste aux côtés du Brésil. Une affiche qui fait mentir toutes les prédictions et qui battra certainement encore quelques records … 

La Serbie, maîtresse de cérémonie

La tension était palpable en début de rencontre, dans une aréna qui a encore battu le record d’affluence avec plus de 18000 spectateurs. De chaque côté, on toise l’adversaire, on tente, on échoue : c’est finalement la Messine Svetlana Ognjenović qu’on trouve sur l’aile serbe. L’entrée d’Alina Wojtas, héroïne de ces derniers jours, permet aux Polonaises de s’accrocher mais une Andrea Lekić toujours à son meilleur niveau (8 buts) lance la machine. Après leur match épique contre les Norvégiennes, Dragana Cvijić (5 buts) et Katarina Tomasević (12 arrêts sur 16 tentatives à la 20ème minute) ne sont pas rassasiées : elles appuient leur capitaine pour faire sombrer les Polonaises (11-4 à la 22ème). Menées de 8 buts à la mi-temps, elles n’ont d’autres choix que de créer l’exploit : c’est sans compter la réussite de Sanja Damnjanović qui parvient enfin à s’imposer après une première période compliquée. Si Karolina Szwed-Ørneborg trouve les filets plus facilement (4 buts), elle est bien la seule : transparentes, les Wojtas et Kudlacz n’existent pas face à une défense serbe efficace et une Tomašević aux statistiques hallucinantes (17/31, 55%). La Serbie se qualifie à domicile, pour la première finale de Championnat du Monde de son Histoire. Pologne-Serbie 18-24 (6-14).

Le Brésil tout en maîtrise

Une première également pour la Brésil qui s’offre le Danemark pour la deuxième fois dans cette compétition. Démarrée sur les chapeaux de roue par les joueuses de Morten Soubak, la rencontre vire à leur avantage dès la 3ème minute où elles mènent 3-1, les Danoises ne reviendront jamais. Aidées par une Rikke Poulsen en difficulté, les Brésiliennes déroulent, avec Ana Rodriguez (5 buts) et Alexandra Nascimento (7 buts) en exemple. En milieu de seconde période, les arrêts de Cecilie Greve permettent aux Scandinaves de revenir à 3 buts mais la confiance n’y est plus : un pénalty converti par Nascimento marque la fin des espoirs danois, Amorim enfonce le clou et le match est plié. La finale sera donc un baptême du feu pour les deux nations qualifiées : en poules, le Brésil s’était imposé, dimanche, il y a fort à parier que la Serbie aura une Arena Kombank pleine à craquer pour la supporter cette fois-ci. Brésil-Danemark 27-21 (14-10).

Comments are closed.