dimanche 6 mai 2018

PUBLICITÉ

Une deuxième CDF pour Brest

Dans un remake de la finale 2016 déjà remportée par les Bretonnes, alors en Division 2, Brest a remporté la Coupe de France féminine de Handball 2018 en gagnant 30 à 21 face à Toulon Saint-Cyr.

Le début de rencontre est serré et ce sont les gardiennes qui s’illustrent en premier. Léa Serdarevic et Cléopâtre Darleux multiplient les arrêts et le score met du temps à décoller. C’est Toulon qui crée le premier écart en menant 3-1 au bout de 7 minutes. Les arbitres ne laissent rien passer et mettent les choses au clair en distribuant des cartons jaunes à la moindre faute suspecte. Toulon ne profite pas des penaltys qui lui sont accordés pour creuser l’écart en butant sur Darleux et le BBH prend l’avantage par Sladjana Pop Lazic (4-5 13e). Ensuite, c’est le chassé-croisé. Les deux équipes s’échangent coup pour coup jusqu’à ce que Laurent Bezeau, le coach breton, ne pose son premier temps mort (23e, 10-10). 5 minutes plus tard, c’est au tour de Sandor Rac de poser le sien, car les Azuréennes sont repassées derrière à force de trouver des tirs forcés (11-12, 28e). Plus aucun but ne sera marqué et à la pause, c’est bien le BBH qui mène d’une longueur tout en restant à portée de tir du TSCVHB.

Dans les tribunes, malgré la présence de nombreux Toulonnais, ce sont bien les Brestois qui font le plus de bruit. Un virage complet, des groupes dissimulés un peu partout et le tout bien coordonné, ça aide à mettre l’ambiance sans discontinuer.

Toulon flanche, Brest enfonce le clou

La seconde période débute exactement comme l’avait débuté la première, par du déchet au tir et des parades de gardiennes. Serdarevic et Darleux font le job face à des attaquantes qui manquent cruellement de réalisme des deux côtés. Si on y ajoute un nombre croissant de mauvaises passes de part et d’autre et quelques décisions arbitrales incompréhensibles, on commence à friser l’indigestion. Allison Pineau score deux fois d’affilé, dont un penalty, pour redonner l’avantage à Brest (14-15, 39e). Toulon profite d’une double infériorité numérique pour revenir mais pas pour passer devant. Dommage, c’était le moment de mettre la main sur la partie. Car derrière, Brest envoie Marie Prouvensier reprendre une longueur d’avance après un magnifique décalage (15-16) à une joueuse de moins. Après un nouveau but breton, Sandor Rac sort de ses gons et pose son 2e temps mort (44e).

L’idée est évidemment remettre ses joueuses dansle match alors qu’elles avaient tout pour prendre le match en main. Temps mort non salutaire. Après un léger sursaut d’orgueil, les Azuréennes n’arrivent plus à défendre ni à attaquer convenablement. Brest multiplie les montées de balles rapides et les contre-attaques, et prend 4 buts d’avance avant que Sandoc Rac ne pose son dernier temps mort seulement 2 minutes 30 après le précédent (46e, 16-20).

Mais les ReBelles n’y sont plus. Elles multiplient trop les déchets en attaque pour pouvoir revenir. Manquant de profondeur de banc, avec des joueuses qui flanchent physiquement et qui se font sanctionner défensivement, Sandor Rac assiste impuissant à la fin de match calamiteuse du TSCVHB. Brest s’envole (16-24, 52e) et la différence de niveau devient énorme. Les Azuréennes ne reverront plus les Bretonnes qui l’emportent au final 30 à 21 et décrochent leur 2e Coupe de France, deux ans après la première, déjà face à Toulon.

Comments are closed.