lundi 4 mai 2015

PUBLICITÉ

Challenge Cup – L’UMB-B à un pas du titre

Handball - Union Mios Biganos-Bègles - Marion Maubon

En finale aller de la Challenge Cup, l’Union Mios Biganos Bègles est allé chercher une victoire précieuses en Pologne en vue du retour en Gironde mais aussi psychologique de son opération maintien en Ligue Féminine.

Les polonais savent recevoir. Dans une salle de type aréna moderne et pleine comme un œuf, et après une mini-cérémonie d’ouverture, le Pogon Baltica Szczecin a laissé l’UMB-B faire un joli pas en vers le titre en s’inclinant à domicile.

Le début de match est à l’avantage des Girondines qui malgré leur 10e place en saison régulière et leur parcours difficile en play-downs semblent mieux en place que les polonaises. Chloé Bulleux et Marion Maubon (photo) mènent les attaques bien larges sur les ailes, Julie Foggéa effectue quelques arrêts, et une défense bien en place permettent à l’UMB-B de prendre le leadership de la rencontre. Disputée sur un faux rythme, vu que les polonaise n’arrivent pas à trouver de bonne position de tir en attaque ou font des erreurs bêtes (zones et tir de loin en supériorité), ce match laisse l’impression que les joueuses d’Emmanuel Mayonnade mènent sans forcer.

Dans une salle pourtant toute à leur cause, les polonaises n’arrivent que partiellement à passer les lignes, et seule leur gardienne Solomija Szywerska semble surnager en effectuant quelques arrêts qui déconcentrent les joueuse de l’Union. Emmanuel Mayonnade recadre alors ses filles en prenant un temps mort (24min35) pour ne pas qu’elles sortent du match et pour se mettre à jouer les contre-attaques car les joueuse de Szczecin ne se replient pas. Mais c’est un temps faible qui s’annonce pour l’UMB-B qui perd alors 3 balles de suite en attaque. Heureusement, l’efficacité polonaise laisse à désirer avec de mauvais choix et une Julie Foggéa toujours en forme dans la cage. A la mi-temps, le matelas est petit mais confortable pour une équipe qui se doit de contrôler et non de faire le jeu à l’extérieur (7-10).

Le trou d’air récurrent de l’UMB-B

Un des principaux soucis de l’UMB-B cette saison est jouer un match à un niveau constant. Et la reprise se présente mal pour les girondines qui se font rejoindre dans les 3 premières minutes après une double infériorité numérique. Alice Lévêque limite les dégâts en scorant son 1er but tout comme Foggéa qui sort deux pénaltys précieux avant qu’Elsa Deville ne marque un doublé et redonne de l’avance à ses coéquipières (13-11). Petit à petit les Girondines reprennent la main sur le match et grâce à une bonne série en viennent à compter jusqu’à 5 buts d’avance (17-12) à la moitié de la seconde période. Une avance qui, normalement, permet de gérer la fin de match tranquillement car même plusieurs fois en infériorité numérique, l’UMB-B arrive à marquer notamment par Maubon.
Mais dans ce match toujours disputé sur un faux rythme, l’UMB-B prend régulièrement des exclusions et voit les joueuses de Szczecin refaire leur retard progressivement puis revenir à égalité à moins de 3 minutes de la fin. Il faut un passage en force courageusement sifflé puis un nouveau but girondin pour remettre un peu d’ordre dans ce match. Grâce à une perte de balle cadeau, les françaises en profitent pour remonter la balle rapidement et marquer à l’expérience grâce à Myriam Borg-Korfanty a quelques seconde de la fin. Trop juste pour que les polonaises puissent réengager. Au final, l’Union revient de Pologne avec une victoire courte et précieuse (20-21) mais décevante vu la maitrise qu’a pu compter l’UMB-B avec deux balles de +6 en milieu de 2e MT. Néanmoins, la moitié du chemin est faite et face à son public, le retour devrait être facilité pour les françaises.

Les réactions (recueillies par l’UMB-B) :
Emmanuel Mayonnade (entraîneur) :
« Le faible écart au niveau du score aura le mérite de nous mobiliser au match retour. On part sur des bases identiques, ce sera du 51/49. Il y a un adversaire de qualité, et il n’y aura aucune marge de manœuvre. On a bien vu que dès qu’on était en sous-régime, on était puni tout de suite. On a été très poussif en deuxième mi-temps. On prend un 3-0 en trois minutes qui annule tout ce qu’on a produit dans la demi-heure précédente. On a été solide, défensivement mais on a eu tendance à faire plusieurs fois les mêmes erreurs. C’était un match moyen plus. C’est génial de rejouer cet adversaire-là dans une semaine. »

Alice Durand (ailière gauche) :
« C’est une satisfaction de gagner. Après, on aurait peut-être pu creuser un peu plus l’écart. Il y a eu beaucoup plus de déchets en deuxième mi-temps, on aurait pu s’écrouler mais on ne l’a pas fait, même si on a un petit pincement dû au faible écart. Il faut accepter le 21-20. On a joué dans une super belle salle, avec un peu de monde, c’était super agréable de jouer dans ces conditions-là. »

Poster un commentaire