jeudi 18 juin 2015

PUBLICITÉ

Les Bleues cartonnent le Mexique et passent les poules

Après la déconvenue face à la Colombie, la France se devait de réagir pour ne pas rentrer à la maison plus tôt que prévu. Avec de multiples scénarios possibles, les Bleues ont choisi le plus simple : mettre une valise aux mexicaines.

Dès l’avant match, les observateurs avisés du football féminin savent que ce Mexique-France aura quelque chose de plus (ou de moins) que le match face à la Colombie. Choix forts pour Philippe Bergeroo qui choisit de se passer des services de Gaëtane Thiney et de Louisa Necib pour leur préférer Marie-Laure Delie et Amel Majri. Côté droit, Elodie Thomis est aussi en poste à la place de Kenza Dali et après une prestation décevante face à la Colombie, Elise Bussaglia retrouve le banc au profit d’Amandine Henry.

Conséquence immédiate, plus de mouvements sur les côtés. Et dès la 34e seconde de jeu, Delie ouvre le score de la tête à la suite d’un débordement de Thomis détourné par la défense mexicaine. Le deuxième but le plus rapide de l’histoire de la Coupe du Monde (féminine). Les mexicaines, qu’on avait craint pour leur progrès et leur grinta et qui pouvait ressembler à un danger aussi fort que la Colombie, explosent. Face au pressing tout terrain, elles encaissent trois buts dans le premier quart d’heure. Sur un corner venu de la gauche tiré par Camille Abily, Wendie Renard à la bagarre force Jennifer Ruiz à remettre involontairement de la cuisse le ballon dans ses propres buts (9e). Ensuite c’est Eugénie Le Sommer qui trouve le chemin des filets après une action collective dont elle est à l’origine (13e). La Bretonne décale Delie sur la droite qui remet à Abily en une touche, qui elle-même lance Thomis qui déborde et centre au premier poteau où elle retrouve la joueuse de l’OL qui tend la jambe et dévie le ballon en devançant Cecilia Santiago. La française ira même de son doublé à en détournant une frappe de Marie-Laure Delie à la suite d’un coup franc de Camille Abily mal repoussé (35e – photo).

A la mi-temps, les Bleues mènent 4 à 0 et ont repris leur destin en main : elles sont qualifiées. Reste à savoir en quelle position dans ce Groupe F puisqu’à distance, l’Angleterre et la Colombie se disputent elles aussi cette première place. Passé en mode « contrôle », les Bleues ne trembleront pas en seconde période. Tout en continuant leur pression elles se recréent de nombreuses occasions qui passeront soit près du but, soit flirteront avec la barre comme sur un centre tir d’Elodie Thomis. Commençant peut-être à trouver le temps long, Sara Bouhaddi ira tout de même de sa petite frayeur sur une sortie aérienne approximative avant qu’Amandine Henry, logiquement élue meilleure joueuses du match par la FIFA, n’y aille de son but. La native de Lille récupère un ballon transmis de la gauche, contrôle orienté de la semelle vers l’avant, et praline des 25 mètres qui vient se loger directement dans la lucarne mexicaine (80e). Propre.

Le score final, 5-0, reflète la physionomie de la rencontre avec 61 % de possession, et 19 tirs dont 5 cadrés pour les Bleues qui montrent que la précédente défaite pouvait n’être qu’un accident. Mieux, avec le score final d’Angleterre-Colombie (2-1), elles prennent la première place du groupe F ce qui leur permettra d’affronter la Corée du Sud en huitième de final ce dimanche à 22h à Montréal. Et là, il ne faudra pas trop bercer dans l’euphorie, les matchs sont désormais à élimination directe. Une rencontre qui pourrait se jouer sans Laure Boulleau, sortie sur blessure à la (78e).

Mexique 0-5 France

17 juin 2015 – 16:00 Heure Locale
Lansdowne Stadium, Ottawa (CAN)
Arbitre : Sachiko Yamagishi (JAP)

Buts : Delie (1ère), J. Ruiz (9e csc), Le Sommer (13e et 36e) et Henry (80e)

France : Bouhaddi, Renard (c), Boulleau (Delannoy 78e), Georges, Henry, Houara, Le Sommer (Thiney 63e), Abily (Bussaglia 70e), Thomis, Delie, Majri

Mexique : Santiago, Robles, Garcia Mendez, Miranda, Ruiz, Rangel (c) (Murillo 83e), Corral (Cuellar 46e), Mayor (Romero 46e), Ocampo, Espinoza, Perez

Comments are closed.