mardi 9 juin 2015

PUBLICITÉ

CDM2015 – Groupe C et D : des « Grands » timides

Dans le groupe C, si le Japon s’impose difficilement, le Cameroun cartonne. Quant au groupe D, la Suède a été accrochée par le Nigéria, pendant que les Etats-Unis réussissent à s’imposer face à une équipe australienne conquérante.

Cameroun  6 – 0 Equateur  / Ngono mani (36’) ; (Enganamouit 38’, 73’ et 90+4’ sp) ; Manie (44’ sp) ; Onguene (79’)

Si l’on attendait depuis le début de la Coupe du monde, une victoire d’une des équipes « nouvelles », c’est le Cameroun qui a réalisé cela, et de la plus belle des manières. Les lionnes indomptables ont dominé leur adversaire du début à la fin. L’Équateur n’a pu faire autrement que subir les assauts camerounais, surtout ceux de Gaelle Enganamouit, qui s’est illustrée par sa frappe mal repoussée, permettant à Madeleine Ngono Mani d’inscrire le premier but (34’). Enganamouit s’offrant ensuite un triplé (38’ ; 73’ et 90+4 sp). L’Équateur s’est montré très fragile, à l’image des trois pénaltys concédés et transformés par le Cameroun. La capitaine Christine Manie se chargeant du premier avec un superbe contrepied (44’) alors que Gabrielle Onguene fut à la conclusion du deuxième (79’).

Cette large victoire salue la nette domination des camerounaises, et leur permet de prendre la tête du groupe C devant le Japon.

 Japon 1 – 0 Suisse / Miyama (29’ sp) 

Le Japon, Champion du Monde en titre, commençait sa campagne face à la Suisse de l’ex-lyonnaise Lara Dickenmann. Les Suissesses rêvent de passer les poules pour leur première Coupe du Monde. Cependant dans ce match indécis, ce sont les nippones qui s’en sortent difficilement vainqueurs. Suite à un pénalty transformé par Aya Miyama (29’) en première période, le score ne bougera plus. La Suisse devra gagner ses prochains matchs si elle veut aller plus loin dans la compétition. Quant au Japon, il faudra se montrer plus convainquant pour espérer défendre son titre.

 Suède 3 – 3 NigériaOparanozie (21’ csc) ; Fisher (31’) ; Sembrant (60’) // Okobi (50’) ; Oshoala (53’) ; Ordega (87’)

La Suède lancçait son mondial face à la 33ème nation Fifa, mais la meilleur équipe d’Afrique tout de même. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette dernière a fait déchanter l’équipe de Pia Sundhage.  Dès le début du match, les nigérianes mettent le pied sur le ballon et empêchent les suédoises d’imposer leur tempo. Contre le cours du jeu, la Suède ouvre le score : suite à un corner Desire Oparazonie marque contre son camp (21’). Dix minutes plus tard, la Suède remet ça et aggrave le score. Le corner est dans un premier temps sauvé par une défenseur sur la ligne, mais le ballon mal dégagé va revenir sur Nilla Fisher qui peut alors pousser le ballon dans le but vide (31’). Le Nigéria a montré beaucoup d’envie, mais est mené 2-0 à la mi-temps, avec deux buts concédés sur coups de pied arrêtés.

Au retour des vestiaires les nigérianes reviennent pleines d’intentions et repartent de l’avant. A la suite d’un superbe contrôle orienté, Ngozi Okobi va réduire le score (50’). Trois minute plus tard, la jeune Asisat Oshoala, bien trouvée en profondeur, égalise. Un but mérité pour la joueuse qui fait très mal à la Suède depuis le début du match par son pressing et sa vitesse. Contre toute attente, la Suède va reprendre l’avantage suite à un mouvement collectif, leur seule action construite du match, conclue par Linda Sembrant (60’). Mais leur manque de capacité à se projeter vers l’avant va les sanctionner en fin de rencontre. Une belle ouverture vers Francisca Ordega lui permet de tromper la gardienne suédoise Hedvig Lindhal d’un petit pont (87’). Le Nigéria arrache le nul, un point loin d’être imméritée pour avoir fait le jeu du début à la fin de ce match. Quant à la Suède, elle se met déjà en mauvaise posture avant d’affronter les Etats-Unis et l’Australie.

États-Unis 3 – 1  Australie  / Rapinoe (12’ et 78’) ; Press (61’) //  De Vanna (27’)

Ce sont les grandes favorites, fortes de leur victoire récente en Algarve Cup, les Américaines se lançaient dans la bataille face à l’Australie. Et ce fût loin d’être une formalité. Les australiennes, bien en place, entament parfaitement le match et bousculent les américaines. Cependant ces dernières sont tout de même chanceuses en ouvrant le score sur leur première action du match. Une frappe lointaine de Megan Rapinoe sera détournée par une défenseur et trompera la gardienne australienne Melissa Barbieri (12’). Mais les australiennes confirment leur bonne prestation et s’offrent même une égalisation par Lisa De Vanna, qui récompense leur première mi-temps.

En deuxième période, le match est toujours équilibré, mais les australiennes finiront par craquer face à la vitesse des américaines. Un long dégagement de Hope Solo, une déviation de Megan Rapinoe, un débordement de Sydney Leroux, et un centre en retrait se concluent par un but de Christen Press (61’). L’ex-lyonnaise, Rapinoe va concrétiser ensuite sa bonne prestation en allant seule prendre de vitesse la défense adverse et tromper la gardienne australienne pour s’offrir un doublé (78’) et tuer par la même occasion tout espoir australien de revenir au score.

Comments are closed.