lundi 7 octobre 2013

PUBLICITÉ

Open LFB : Jour 2, Bon démarrage des favoris

Ce dimanche se jouait la seconde journée de l’Open LFB. On a vu ce qu’on attendait. Nantes en outsider sérieux, Lattes co-favori de Bourges mais en difficulté et Lyon qui a déjà digéré son changement tardif de coach.

14h
Hainaut 65-80 Nantes-Rezé

Le premier quart temps démarre sur les chapeaux de roues avec une légère domination du Hainaut notamment grâce à une meilleure adresse au tir. Mais fidèle à son système de jeu offensif basé sur la rapidité, Emmanuel Coeuret et son équipe ne décroche pas et le second quart-temps fait la part belle à la défense avec seulement 10 points pour les vertes et 11 pour les Déferlantes qui après un panier de Sarah Michel à moins d’une seconde de la fin recolle à 1 point avant de rentrer aux vestiaires (31-30).

Mais le lot des équipes moyennes, comme Saint-Amand qui a terminé 14e l’an passé en LFB, c’est de plonger physiquement au bout d’un moment. Les Déferlantes en profitent donc dans le 3e QT pour passer devant et prendre le large notamment grâce à une Caroline Aubert en feu qui enchaine les bonnes passes et les paniers longue distance. Logiquement, Nantes-Rezé est donc devant à l’entame de la dernière période (47-57). Le 4e QT n’est donc plus qu’ne formalité pour les joueuses de Loire-Atlantique qui déroulent et profitent des pertes de balles nordistes pour accentuer leur avance et asseoir une victoire qui place Nantes-Rezé au niveau où on les attend cette saison. En outsider sérieux.

Retrouvez mardi les réactions d’après match d’Adja Konteh, Caroline Aubert, Jimmy Plogaerts et Emmanuel Coeuret.

16h15
Lattes-Montpellier 66-57 Nice

Finaliste l’an passé et sans Edwige Lawson à la retraite mais avec Ingrid Tanqueray, Lattes-Montpellier a bien montré ce qu’il avait à montrer ce dimanche en se posant comme co-favori de la LFB. En l’emportant contre le promu du Cavigal Nice, les joueuses de Valéry Demory ont pourtant eu du mal à décoller lors du premier QT jusqu’à une égalité 7-7. Mais derrière, Géraldine Robert et ses coéquipières serrent le jeu et bloquent les Niçoises jusqu’au début du 2e QT, le temps de prendre une avance conséquente et de rentrer au vestiaire avec un différentiel de +14 (34-20).

Bien encadré par une KB Sharp en grande forme et par une détermination rare pour un promu, Nice reste toutefois dans le match et fait douter Montpellier en s’adaptant à ses systèmes. Résultat, l’écart se réduit petit à petit au fur et à mesure que les Gazelles connaissent des difficultés physiques après une semaine « de merde » selon les propres mots de Valéry Demory en conférence de presse. Du coup, Nice ne prend pas l’eau et termine le match à une longueur très honnête de 9 points. Il faudra compter sur les Niçoises cette saison pour ne rien lâcher et peut-être acquérir un maintien plus tôt que prévu.

Retrouvez mardi les réactions de Gaëlle Skréla, Kristen Brooke Sharp, Valéry Demory et Rachid Meziane.

18h30
Arras 51-69 Lyon

Le match est serré d’entrée et les deux équipes se rendent coup pour coup. En témoigne les 3 points de retard à quelques seconde de la fin du 1er QT avec une passe de foot américain lancée pour Evans qui marque un 3 point très longue distance au buzzer pour qu’Arras rejoigne Lyon à 18 partout. Le second QT tourne ensuite à l’avantage des Lyonnaises qui reprennent le match en main et font tourner la balle plus rapidement notamment en trouvant mieux Emilija Podrug sous le cercle. A la mi-temps Lyon a donc pris de l’avance (24-35). Le troisième QT continue sur le même rythme. Lyon la joue tout en fluidité alors qu’Arras est un peu plus brouillon. Mais l’écart ne change quasiment pas et Lyon mène toujours de 11 points à la fin du 3e QT (41-52).

Le 4e QT n’est plus qu’une formalité pour les joueuse de la toute nouvelle coach Marina Maljkovic qui peut s’appuyer sur le travail d’il y a deux ans à Challes et de l’an dernier avec Laurent Buffard qui avait construit son effectif et son jeu sur les ruines du club disparu. L’écart entre les deux équipes s’est donc légèrement creusé pour terminer à 69-51. Le problème majeur pour Arras étant que la jeune américaine Dawn Raven Evans était bien trop seule au scoring avec ses 19 points, soit 10 de plus que Coulibaly, 2e marqueuse de son équipe. Une difficulté que l’entraineur arrageois Marc Silvert expliquera en Conférence de Presse par la non libération des autres joueuses qui ont obligé l’américaine à conserver le ballon.

Retrouvez mardi les réactions de Sarah Chauvegeon, Pauline Krawczyk, Marina Maljkovic et Marc Silvert.

Comments are closed.